Knox, la réussite d'une bataille de com’

  • A
  • A
Knox, la réussite d'une bataille de com’
@ REUTERS
Partagez sur :

La jeune Américaine, acquittée en appel, est arrivée mardi à Seattle, où elle a fait un point presse.

Queue de cheval sage, pantalon noir et gilet gris, Amanda Knox s’est dite "submergée de joie". La jeune Américaine de 24 ans, acquittée en appel en Italie lundi pour le meurtre de sa colocataire Meredith Kercher, est arrivée mardi peu après 17 heures, heure locale, à l’aéroport de Seattle, aux Etats-Unis. Sous les applaudissements, elle a tout de suite fait un point presse. Il faut dire que pendant ses quatre ans de détention, l’accusée au visage d’ange a été la coqueluche des médias américains.

"Merci à tous ceux qui ont cru en moi" :

Les larmes dans la voix, Amanda Knox a lancé : "être avec ma famille est la chose la plus importante pour moi actuellement". "Dans l’avion, je regardais en bas, et il me semblait que tout cela n’était pas la réalité".

Une compagnie de relations publiques engagée par la famille Knox

Un point-presse qui vient comme l’apothéose de quatre ans de lobbying et de relations publiques. Dès qu’Amanda Knox avait été arrêtée en 2007, sa famille s’était empressée d’engager une compagnie de relations publiques, spécialisée en management de crise, selon les informations du New York Times. Le père de l’accusée, Curt Knox, avait été mis en contact avec Gogerty Marriott, une compagnie d’affaires publiques.

Un groupe de soutien à la jeune Américaine avait été créé peu après, "Friends of Amanda". Leur site Internet, rempli de photos présentant Amanda Knox comme une jeune fille modèle, proposait de découvrir "la vraie Amanda", "qui n’a aucune ressemblance avec l’image présentée par les autorités italiennes". Une campagne qui a fini par payer dans les médias.

Un avocat de la victime, Meredith Kercher, a d'ailleurs fustigé, devant le tribunal de Pérouse, "l’exaltation morbide" que les médias auraient fait d’Amanda Knox. Et d’ajouter : "ce lobbying, ce cirque médiatique et politique, oubliez tout !".

Ce contrôle de la com’ par la famille d’Amanda Knox continue. Ses parents ont demandé aux habitants de Seattle, par respect pour la famille de la victime, de ne montrer aucune banderole de soutien.