Kirghizstan a une nouvelle constitution

  • A
  • A
Kirghizstan a une nouvelle constitution
@ REUTERS
Partagez sur :

Sur fond de tensions ethniques, les Kirghizes ont voté en faveur du nouveau texte, dans le calme.

Le Kirghizstan ont voté dimanche en faveur du projet de nouvelle Constitution visant à créer une démocratie parlementaire, au cours d’un référendum menacé par les tensions ethniques après les récentes violences meurtrières.

Environ 2,5 millions d'électeurs étaient appelés à se prononcer en faveur ou non de la nouvelle Loi fondamentale jugée vitale par le gouvernement provisoire pour rétablir la stabilité dans ce petit pays pauvre d'Asie centrale. Le scrutin s'est passé dans le calme.

Forte participation

"La nouvelle Constitution a été adoptée en dépit des attaques sauvages de ses opposants", a annoncé la présidente par intérim, Rosa Otounbaïeva, environ deux heures après la clôture des bureaux de vote dans ce petit pays d'Asie centrale pauvre et instable. "Le référendum a eu lieu", et 65,1% des électeurs y ont participé, a-t-elle dit, alors que les autorités provisoires avaient été mises en garde contre le risques de nouveaux affrontements après les violences interethniques qui ont fait des centaines de morts en juin.

La nouvelle Constitution affaiblit considérablement le président au bénéfice du Parlement, afin d'éviter la concentration du pouvoir dans les mains d'une seule personne. "Le peuple a mis un point final à l'époque de la gestion autoritaire et familiale", a-t-elle dit en faisant allusion à l'ancien président Kourmanbek Bakiev, qui a fui le Kirghizstan après le sanglant soulèvement du mois d'avril.

"Le Kirghizstan est uni"

A Och (sud), épicentre des violences de la mi-juin entre Kirghiz et la minorité ouzbèke, qui ont fait selon les autorités jusqu'à 2.000 morts, les mesures de sécurité avaient été renforcées par craintes de nouvelles violences.

"Aujourd'hui, les électeurs du Kirghizstan votent pour la stabilité dans le pays et la légitimité des autorités. Nous allons montrer au monde que le Kirghizstan est uni", avait déclaré la présidente par intérim, Rosa Otounbaïeva, qui a voté à Och. mais c'est un scrutin qui s'est déroulé dans le calme, sans que d'incidents ne soient venus perturber le vote.

Le président déchu, Kourmanbek Bakiev, a fui le Kirghizstan après le soulèvement du mois d'avril (87 morts), en raison de la dérive autoritaire et du népotisme ayant caractérisé son mandat. L'opposition s'était alors emparée du pouvoir et avait formé un gouvernement provisoire.