Jugée en Thaïlande, une call-girl biélorusse assure avoir des révélations à faire sur Trump

  • A
  • A
Jugée en Thaïlande, une call-girl biélorusse assure avoir des révélations à faire sur Trump
Anastasia Vachoukevitch dit détenir des informations sur une éventuelle intervention de Moscou dans les élections américaines. @ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Jugée pour "prostitution", Anastasia Vachoukevitch a récemment proposé aux journalistes de "révéler les pièces manquantes du puzzle (...) concernant les élections américaines".

Le procès d'une Biélorusse jugée mardi en Thaïlande a suscité l'intérêt de la presse internationale après que cette call-girl ayant fréquenté l'élite politique russe a assuré avoir des révélations à faire sur le rôle de Moscou dans les élections américaines.

Anastasia Vachoukevitch, mannequin plus connue sous le pseudonyme de Nastia Rybka, a été arrêtée fin février avec un groupe de neuf autres étrangers qui organisaient des cours de "formation sexuelle" dans la station balnéaire de Pattaya.

Des liens avec un milliardaire russe proche de la campagne de Trump ? Les accusations de la jeune femme ont attiré l'attention car c'est une escort-girl de haut vol, poursuivie en Russie pour avoir filmé Sergueï Prikhodko, vice-Premier ministre russe, sur un yacht du milliardaire Oleg Deripaska. La vidéo était devenue virale après sa publication par l'opposant russe Alexeï Navalny.

Deripaska, qui a eu des liens avec l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a nié tout lien avec Anastasia Vachoukevitch et Alexandre Kirillov, "gourou du sexe" à la tête du groupe d'instruction sexuelle arrêté en Thaïlande. Il est lui aussi jugé mardi à Pattaya. Au total, ce sont sept personnes qui sont attendues sur le banc des accusés.

Jugée pour "prostitution" et "organisation criminelle". Au départ, il était reproché en Thaïlande à Anastasia Vachoukevitch et ses collègues "instructeurs sexuels" de travailler sans permis de travail, mais ils doivent désormais répondre des accusations de "prostitution" et "organisation criminelle".

La jeune femme a fait récemment les titres de la presse internationale après sa publication d'une vidéo sur Instagram offrant aux journalistes américains de leur livrer des révélations. "Ils essayent de nous mettre derrière les barreaux… C'est pourquoi je suis prête à vous révéler les pièces manquantes du puzzle (…) concernant les élections américaines", dit-elle dans cette vidéo.