Juan Carlos et les enfants illégitimes

  • A
  • A
Juan Carlos et les enfants illégitimes
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le roi d'Espagne aurait deux enfants cachés, et au moins une maîtresse, selon la presse espagnole.

Juan Carlos pourrait être le père de deux enfants cachés, selon le journal catalan Diari de Gijona. Sur son site, le quotidien rapporte l'histoire d'Albert Sola, un homme né en 1956 à la maternité de Barcelone.

Curieux de connaître ses racines, cet enfant adopté se met à enquêter sur ses origines dans les années 1980. Âgé d'une petite vingtaine d'années à l'époque, le jeune homme découvre une série d'"irrégularités" sur son cas. Il décide alors d'engager des détectives privés qui concluent que sa mère biologique "vient d'une importante famille de la bourgeoisie catalane", ce qui signifie selon lui qu'elle aurait rencontré le roi.

"Cet homme est ton père"

En 2001, un juge lui donne accès à une centaine de pages sur sa naissance qui laissent supposer que son nom a été changé avec l'aval du régime de Franco, en place à l'époque. Une référence sur un document relatif à sa naissance attire l'oeil des historiens interrogés. Ceux-ci estiment que la mention "Chupete verde" signifiait à l'époque que l'enfant était issu de la royauté. Cependant, jamais le nom de Juan Carlos ne figure dans les documents officiels dont a eu connaissance Albert Sola.

Mais le quinquagénaire a aussi pu compter sur une improbable alliée pour donner plus de véracité à son propos : une soeur ! La Belge Ingrid Sartiau a été mise sur la piste par sa mère. En voyant un jour à la télé le roi d'Espagne il y a une dizaine d'années, elle aurait déclaré à sa fille : 'cet homme est ton père'. Une affirmation que la jeune femme a pris au pied de la lettre. Elle s'est mise, elle aussi, en tête de le démontrer.

Frère et soeur "à 91%"

Albert Sola et Ingrid Sartiau, apprenant mutuellement leur cas, ont décidé d'effectuer un test ADN. Le résultat du laboratoire donne une comptabilité des deux échantillons "à 91%". Suffisant pour qu'ils se considèrent frère et soeur. Mais pas suffisant pour prouver que Juan Carlos est leur père. Albert Sola envisage de réclamer "un test de paternité" au roi, bien qu'il estime que "ce n'est pas le bon moment pour la famille royale".

Sur ce point, c'est sûr, Albert Sola ne se trompe pas. Empêtrée dans une crise économique profonde, la royauté doit également faire face à plusieurs scandales récents. On passe ceux concernant Inaki Undagarin, le gendre du roi, qui profitait de sa position pour faire prospérer ses affaires.

Une maîtresse découverte au Bostwana

Mais la partie de chasse à l'éléphant du roi au Bostwana a choqué l'opinion espagnole... qui n'en aurait rien su si Juan Carlos ne s'était pas blessé à la hanche.

Juan Carlos à sa sortie de l'hôpital (en espagnol) :





Plus grave pour lui, les Espagnols ont découvert sa liaison avec la Corinna, princesse Sayn-Wittgenstein, rapporte Le Progrès. Officiellement "consultante en stratégie" des délégations espagnoles à l’étranger, cette femme a rencontré le roi en 2006. Et elle se battrait ardemment pour conserver sa proximité avec Juan Carlos. Ainsi, selon le quotidien régional, a-t-elle écarter Julia, une jeune femme de 26 ans qui s'approchait trop près du monarque.