Juan Carlos et le yacht de la discorde

  • A
  • A
Juan Carlos et le yacht de la discorde
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des hommes d’affaires veulent récupérer le yacht qu'ils avaient offert au roi d'Espagne.

L’INFO. Donner, c’est donner, reprendre c’est voler. La Fondation pour le tourisme et la culture des îles Baléares ne semble pas entièrement d’accord avec ce proverbe : ce groupement d’hommes d’affaires de l’île espagnole cherche à récupérer un yacht offert au roi Juan Carlos en 2000, et dont le souverain a décidé de se séparer.

> A LIRE AUSSI : Juan Carlos contraint de céder son yacht

Un navire à 21 millions d’euros. Le "Fortuna", 41,5 mètres de long, est estimé à 21 millions d’euros. Alors que la crise touche de plein fouet son pays, Juan Carlos, 75 ans, a annoncé il y a deux semaines son intention de le céder au gouvernement pour cause d’"austérité". C’est peut-être aussi pour redorer un blason abîmé par de récents scandales en tous genres que Juan Carlos cherche à se séparer du navire, dont le moindre plein coûte plus de 20.000 euros. Et il faut dire que le navire de luxe, amarré dans le port de Majorque, aux Baléares, ne manquera pas vraiment au souverain : en 2012, il n’a posé qu’une fois les pieds sur le pont du "Fortuna".

yacht juan carlos Espagne

© MAXPPP

> ZOOM : La maison d'Espagne dans la tourmente

Ils veulent récupérer leur mise. Sauf que les entrepreneurs ayant mis la main à la poche pour le sublime cadeau ne l’entendent pas de cette oreille, raconte le New York Times. Eux qui ont déboursé chacun 600.000 euros ont annoncé lundi que si le roi ne voulait plus du yacht, ils souhaitaient le récupérer. Leur argument ? Il était clairement stipulé au départ que le yacht était destiné à être utilisé par le roi et sa famille, afin de promouvoir l’image des Baléares et de Majorque, l’une des destinations-phares du tourisme espagnol. Or, si le navire est cédé au gouvernement, qui peut ensuite décider de le garder ou de le vendre, cet accord est rompu. Quoiqu’il arrive, le "Fortuna" devrait en tout cas être vendu, car les entrepreneurs majorquins ont besoin, eux aussi, renflouer leurs caisses.

> A LIRE AUSSI : Ça va de mal en pis pour Juan Carlos