Jour J pour le Brexit : "l'Histoire nous regarde", titre la presse britannique

  • A
  • A
Jour J pour le Brexit : "l'Histoire nous regarde", titre la presse britannique
La presse britannique reste largement divisée sur le Brexit.@ DANIEL SORABJI / AFP
Partagez sur :

"Un chemin périlleux" pour les uns, "un voyage important" pour les autres : à l'heure du Brexit, la presse britannique a exprimé sans détour mais non sans division ses doutes comme sa joie mercredi.

REVUE DE PRESSE

Le Jour J est arrivé : le Royaume-Uni a officiellement enclenché la procédure de sortie de l’Union européenne mercredi, un jour unanimement qualifié d'"historique" par les médias outre-Manche. En revanche, à l'image de l'opinion publique, les titres nationaux sont toujours autant divisés sur le fond : ravi, inquiet, nostalgique, libéré... Toute une palette d'émotions s'est exprimée dans les éditoriaux de la presse britannique mercredi. 

Une pointe de nostalgie et un lot d’inquiétudes…

  • “La Grande-Bretagne marche vers l’inconnu” - The Guardian

L’heure est à l’inquiétude chez The Guardian. Le quotidien pro-européen a illustré en Une de son édition mercredi le divorce de son pays avec l’UE par un puzzle dont la pièce à la place du Royaume-Uni est manquante. "Aujourd’hui, la Grande-Bretagne marche vers l’inconnu", titre le quotidien. Dans un éditorial publié mardi soir en ligne, le journal de centre-gauche exprime sans détour ses inquiétudes quant à la suite du processus : "Quitter l’UE va affaiblir les 27 pays membres restants et risque d’entraîner ce pays dans une décennie ou plus d’instabilité." The Guardian évoque ainsi un "chemin périlleux et incertain" qui attend désormais le pays.

  • “Chère UE, c’est l’heure de partir” - The Daily Mirror

Non sans une pointe de nostalgie et d’amertume, le Mirror titre en ce jour J du déclenchement du Brexit : "Chère UE, il est temps de partir." Le quotidien de gauche, pro-UE, prend un ton grave dans son éditorial et alerte la Première ministre sur l’importance de sa tâche : "Theresa May doit réussir, car sinon on ne sera pas la seule génération à souffrir." The Daily Mirror demande notamment à ce que les intérêts des travailleurs britanniques soient défendus lors des négociations entre Londres et Bruxelles, qui s’annoncent âpres. Et le journal de souhaiter que ces négociations amènent à un "pays uni et apaisé".

  • “L’Histoire nous regarde”The Times of London

Moins partisan mais tout aussi solennel, The Times souligne le poids "historique" de ce mercredi 29 mars, un mot largement utilisé dans l’ensemble de la presse britannique. En Une de son édition, le journal a choisi de publier la photo de Theresa May signant la lettre officielle du déclenchement du Brexit, sous le regard de Sir Robert Walpole, considéré comme le premier chef de gouvernement de Grande-Bretagne, accompagnée du titre : "L’Histoire nous regarde." Le journal conservateur parle dans son éditorial du "plus grand bouleversement politique depuis la Seconde Guerre mondiale", en évoquant un "voyage important hors de l’UE". Comme le Mirror, le quotidien insiste sur le fait que les "négociateurs de chaque camp doivent penser aux générations futures qui les jugeront".




Comme un esprit de fête et un sentiment de liberté…

  • "S’unir derrière le Brexit" - The Daily Telegraph

Le cœur est à la fête pour le Telegraph. Le journal pro-Brexit a relayé mercredi en Une de son journal l’appel de la Première ministre à l’unité du pays en rapportant ses propos : "‘S’unir derrière le Brexit’, appelle May". Cette invitation à faire bloc à l’heure de la sortie de l’UE s’adresse notamment aux Écossais, dont le Parlement a ouvert la voie la semaine dernière à la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance, ainsi qu’à l’Irlande du Nord, secouée par une crise politique qui menace de faire éclater le royaume. Le quotidien conservateur, qui avait appelé au "Leave" lors du référendum, invite même à la fête : "Portons un toast à ceux qui rêvaient de ce moment !", lance-il dans son éditorial. Si le journal prédit des "obstacles" à venir pendant les négociations, le Telegraph assure que "le jeu en vaut la chandelle" et décrit même "l’aube d’une excitation et d’un nouvel âge prospère".

  • "FREEDOM" - Daily Mail

Le Daily Mail non plus ne cache pas sa joie. Le deuxième quotidien du pays, à la ligne eurosceptique, titre mercredi en lettres capitales "LIBERTÉ", accompagnées de la photo de Theresa May en train de signer la lettre qui déclenche le Brexit la veille. Célébrant un "moment historique", le journal va jusqu’à féliciter la Première ministre de s’être érigée contre "l’establishment politique europhile". Toutefois, le Daily Mail ne veut pas se montrer dupe et assure que "le plus dur commence", alors que les négociations avec Bruxelles sur les modalités de sortie devraient durer deux ans.

  • "Dover and out" - The Sun

Fidèle à sa ligne du "Leave" qu’il a portée pendant la campagne du Brexit, le tabloïd anglais The Sun partage en Une de son édition – et en 3D ! - sa satisfaction de voir le Brexit enfin se concrétiser. Le quotidien a projeté sur les falaises de Douvres, ville britannique la plus proche de l’Hexagone, un jeu de mot contractant "Dover" ("Douvres") et "over and out" ("terminé")… comme si le journal tenait à lancer ces mots au visage de l’Europe qui lui fait face, de l’autre côté de la Manche. Cette projection a été publiée en Une du journal mercredi et sur son site Internet. Et sans équivoque, The Sun se réjouit dans son éditorial : "En tant que journal qui a toujours critiqué les dérives de l’UE, qui a aidé la Grande-Bretagne à rester en dehors du désastre de l’euro et qui a férocement fait sortir pour sortir de l’UE, The Sun est bien sûr ravi."