Jour historique pour la Colombie : un accord de paix enfin conclu avec les Farc

  • A
  • A
Jour historique pour la Colombie : un accord de paix enfin conclu avec les Farc
@ LUIS ACOSTA / AFP
Partagez sur :

Une fois l'accord de paix final validé, la rébellion doit commencer à réunir ses troupes pour les désarmer. 

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont scellé mercredi à Cuba un accord de paix historique visant à mettre un terme définitif à un conflit de 52 ans qui a fait des centaines de milliers de victimes.

Référendum le 2 octobre. Cet "accord final, intégral et définitif" devra être soumis à référendum le 2 octobre prochain avant d'entrer en vigueur. "On peut maintenant proclamer que le combat des armes a pris fin, et commence celui des idées", a réagi peu après l'annonce le chef négociateur et numéro 2 des Farc Ivan Marquez, évoquant la future transformation de la guérilla en mouvement politique. Depuis Bogota, le président colombien Juan Manuel Santos s'est félicité avec "une profonde émotion, une grande joie" de la conclusion de l'accord et a salué la fin de "la tragédie de la guerre". "Colombiens, la décision est entre vos mains", a-t-il déclaré. 



"On a pu le faire !" En Colombie, l'annonce faite à Cuba a été accompagnée de manifestations de joie. "On a pu le faire ! On a pu le faire !", se réjouissaient dans les rues de Bogota des habitants. Dans un parc du nord de la capitale, plusieurs centaines de Colombiens ont religieusement suivi l'annonce de mercredi soir sur écran géant, arborant notamment des ballons imprimés d'un "Oui", mot d'ordre des partisans de l'accord dans la perspective du référendum. A Washington, la Maison blanche a annoncé que le président Barack Obama avait appelé son homologue colombien pour le féliciter en ce "jour historique". 

Une amnistie pour certains. Selon le protocole établi, le désarmement des Farc devra être bouclé en 180 jours. Les deux parties se sont aussi mises d'accord sur la façon de juger les militaires et rebelles accusés des crimes les plus graves pendant un conflit qui a officiellement fait quelque 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,9 millions de déplacés. Une amnistie est prévue pour ceux ayant commis des actes moins graves comme la rébellion ou le port illégal d'armes. Si cette paix se concrétise, elle ne signifiera pas pour autant la fin immédiate du conflit en Colombie, où la seconde guérilla du pays, l'Armée de libération nationale (ELN) et les bandes criminelles continuent de défier le gouvernement. 

Mais l'espoir est permis avec ces avancées cruciales, conjuguées à l'annonce en mars de futurs pourparlers de paix entre Bogota et l'ELN.