JO : un Irlandais spécialisé dans la revente de billets arrêté

  • A
  • A
JO : un Irlandais spécialisé dans la revente de billets arrêté
Les sésames pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus à 8.000 dollars, soit 7.200 euros.@ YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :

Sa société, THG, achetait des billets à une autre entreprise, puis les revendait beaucoup plus chers.

La police brésilienne a annoncé lundi avoir interpellé un Irlandais spécialisé dans la revente illégale de billets pour les Jeux de Rio, ainsi que dix Brésiliens qui écoulaient des sésames olympiques achetés avec des cartes de crédit piratées.

Des billets à 7.200 euros. Kevin James Mallon, arrêté en flagrant délit le jour de l'ouverture des JO, est "un des dirigeants de l'entreprise britannique THG, dont le président James Sinton avait été détenu en 2014" pour une affaire similaire lors du Mondial, a indiqué la police dans un communiqué. La police a saisi 781 billets "qui étaient revendus à des prix très élevés". Les sésames pour la cérémonie d'ouverture étaient vendus à 8.000 dollars (7.200 euros), alors que le prix officiel le plus élevé était de 1.300 dollars (1.200 euros), a précisé l'inspecteur Ricardo Barbosa.

Par ailleurs, la police a également arrêté une bande de dix Brésiliens spécialisés dans le piratage des cartes de crédits pour acheter des entrées aux épreuves olympiques qui étaient ensuite revendues beaucoup moins chères. La plupart ont été interpellés aux alentours du stade Maracana le 5 août, peu avant le début de la cérémonie d'ouverture.

Pas d'autorisation officielle de vente. THG écoulait des tickets pour "les événements très demandés comme la finale du football, les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux". Ces billets peuvent valoir énormément. Avec ces entrées, l'entreprise aurait pu générer 10 millions de réaux (2,8 millions d'euros)", a déclaré Barbosa. Cette entreprise n'était pas autorisée à écouler des tickets pour les Jeux olympiques de Rio. Selon le site G1, THG achetait des billets à une entreprise qui avait elle reçu l'autorisation officielle.