JO : les forces de l'ordre à cran

  • A
  • A
JO : les forces de l'ordre à cran
@ REUTERS
Partagez sur :

De nouvelles arrestations ont eu lieu à l'approche des Jeux olympiques de Londres.

Les forces de sécurité londoniennes sont sur le qui-vive. A quelques semaines du début des Jeux olympiques, qui se tiendront du 27 juillet au 12 août prochain, les forces de l'ordre ont déployé un dispositif de sécurité sans pareil. Le plus important depuis l’après-guerre. Au total, plus de 40 000 militaires, policiers, agents de sécurité privés et bénévoles seront mobilisés pour protéger la capitale, avec l’appui d’un vaste réseau de renseignements.

Soupçons de terrorisme

Avant même l'ouverture des Jeux, le dispositif de sécurité a donné lieu à plusieurs arrestations. Sept hommes soupçonnés d'activités relevant du terrorisme ont été arrêtés ces derniers jours au Royaume-Uni. Des rames à feu ont été découvertes dans un véhicule contrôlé sur une autoroute, a annoncé la police, en état d'alerte à l'approche des Jeux olympiques.

Les armes ont été découvertes après l'interception du véhicule pour un contrôle de routine, samedi sur une autoroute du Yorkshire dans le nord de l'Angleterre. Toutefois, rien ne permet d'établir de lien avec les Jeux olympiques, qui commencent dans trois semaines.

Série d'arrestations

Six hommes âgés d'une vingtaine d'années et originaires de la ville de Birmingham ont été arrêtés mardi et mercredi. Le septième, âgé de 43 ans et originaire du nord de l'Angleterre, a été arrêté jeudi. Tous sont soupçonnés d'avoir voulu préparer et/ou réaliser des actes de terrorisme, dont la nature n'a pas été précisée.

Jeudi, la police de Londres avait arrêté cinq personnes soupçonnées de préparer des attentats, sans lien apparent non plus avec les Jeux olympiques. La police précise que les deux séries d'arrestations ne sont pas liées.

"Tout ça à cause d'une cigarette"

Jeudi toujours, une autoroute a été bloquée pendant plusieurs heures en raison de la crainte d'un attentat terroriste, rapporte The Independant. "Tout ça à cause d'une cigarette électronique dans un car", ironise le journal britannique qui soupçonne les forces de l'ordre d'être à cran avant l'ouverture des JO.

Sept ans après les attentats coordonnés qui ont fait 52 morts à Londres, les services de sécurité britanniques sont en état d'alerte élevée.