JO : après la fête, le Brésil retourne à ses crises

  • A
  • A
JO : après la fête, le Brésil retourne à ses crises
Des habitants de Rio manifestent contre l'ouverture des JO et le président par intérim, devant la plage de Copacabana le 5 août 2016. @ TASSO MARCELO / AFP
Partagez sur :

Après avoir été le centre du monde pendant les deux semaines de Jeux olympiques, le Brésil reste confronté à une crise politique, sociale et économique. 

Les Jeux olympiques de Rio se sont refermés le 22 août dernier. Après deux semaines pendant lesquelles toutes les caméras du monde étaient braquées sur la ville du carnaval et de la samba, c'est l'heure du retour à la réalité. Et la situation du Brésil est des plus instables depuis déjà plusieurs mois et l'organisation des JO n'a pas arrangé les choses, bien au contraire.

>> Le procès de la présidente suspendue, Dilma Rousseff, s'ouvre ce vendredi sur une deuxième journée d'audience. Entre crise politique, économique et sociale, où va le Brésil ?

Un pays empêtré dans une crise politique. Après les médailles d'or et les foules de fans en liesse des Jeux olympiques, place au procès en destitution de la présidente. Suspendue depuis le 12 mai dernier, Dilma Rousseff est accusée d'avoir maquillé les comptes publics pour camoufler un déficit trop important et d'avoir signé des décrets pour autoriser des dépenses plus importantes sans passer par le Parlement. C'est son vice-président qui assure l'intérim à la tête de l'État.

Mais l'ancienne guérillera de 68 ans, qui avait fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, ne compte pas se laisser faire. Mardi, devant un parterre de quelque 1.500 partisans, elle a appelé à résister. Depuis qu'elle a été écartée du pouvoir, Dilma Rousseff a dénoncé un "coup d'état parlementaire". Mais le recours formulé pour demander l'annulation de la session parlementaire pendant laquelle la majorité des parlementaires avaient voté en faveur d'un procès en destitution a été rejeté. L'issue du procès ne lui semble pas favorable. Le verdict tombera le 31 août.

Une crise économique qui ne s'est pas arrêtée avec les JO. La 7ème économie mondiale est entrée dans sa deuxième année de récession sur fond d'inflation élevée, d'explosion du chômage, qui frappe désormais 11 millions de Brésiliens, et un déficit budgétaire de plus de 45 milliards de dollars. Le PIB a chuté de 3,8% l'an dernier et selon le Fonds monétaire international (FMI), il perdra 3,3% cette année. Une situation dénoncée par une photo évoquant la pauvreté sur fond de Jeux olympiques grandioses, comme le raconte 20 minutes

De grandes tensions sociales. Et entre la crise politique, la crise économique et les scandales de corruption, il y a les Brésiliens. Alors que le monde entier louait la beauté des favelas assainies de Rio de Janeiro, les Cariocas tentaient de manifester leur désarroi. Le déroulement des Jeux olympiques avait même été perturbé par des manifestants comme en témoigne cette vidéo de France 2 sur l'arrivée du marathon féminin ou encore le parcours de la flamme olympique dans les rues de Rio. Une crise sociale moins médiatique à cause de la fin des JO mais qui est loin d'être terminée.