JMJ : l'attente fervente d'une famille des favelas

  • A
  • A
JMJ : l'attente fervente d'une famille des favelas
La famille de Rosa qui vit dans la favela de Jacaré, au nord de Rio.@ EUROPE1/LAURE DAUTRICHE
Partagez sur :

REPORTAGE - Pour la famille de Rosa, qui vit dans un bidonville, la venue du pape est un événement.

La favela de Jacaré, au nord de Rio.

© REUTERS

L'info. Le pape François est attendu lundi soir au Brésil pour les Journées mondiales de la jeunesse. Un million et demi de jeunes catholiques sont attendus à Rio de Janeiro pour l'occasion. C'est la première fois que le pape argentin retourne sur le continent sud-américain depuis son élection il y a 5 mois. L'ancien archevêque de Buenos Aires qui défend l'idée d'"une Eglise pauvre pour les pauvres" a notamment prévu de se rendre dans l'un des bidonvilles les plus pauvres et les plus dangereux de la capitale.

>> A lire aussi : Copacabana se rhabille pour le pape

L'envoyée spéciale d'Europe 1, Laure Dautriche, s'est rendue à Jacaré, une favela du nord de Rio. Elle y a rencontré une famille très pratiquante:

"Dieu, c’est toute ma vie". Chez Rosa et Antonio, il y a un tableau du Christ sur chaque mur du salon. Dans cette famille catholique, il suffit de prononcer le nom du pape pour que la mère de famille de cinq enfants ait les larmes aux yeux. "Je suis très heureuse que le pape vienne au Brésil. Ce pape, il est tourné vers nous, les pauvres", estime Rosa. "Dieu, c’est toute ma vie, depuis qu’il y a eu un miracle dans ma famille", explique-t-elle. "Ma fille a été renversée par un bus, elle était dans le coma, tout le monde disait qu’elle était perdue, et ce sont les prières qui l’ont sauvée il y a trois mois", raconte la mère de famille qui espère "tellement" apercevoir le pape.

>> A lire aussi : le pape en route pour le Brésil.

"Qu’il y ait plus de paix et de sécurité ici". Dans l'armoire de la chambre, son mari, Antonio, montre un fusil qu'il garde avec lui. Dans la rue, il y a des trafics de drogue et l'autre jour un policier a été tué juste en face. Ce qu'il attend du pape ? "Qu’il nous apporte un message de paix parce qu’il y a toujours beaucoup de violences. Même si la favela a commencé à être pacifiée, on a peur. Il faut qu’on soit unis, solidaires, c’est ça que doit dire le pape. Qu’il y ait plus de joie, plus de paix et de sécurité ici, vous comprenez".

Pendant la visite du pape cette semaine, Antonio fermera sa petite épicerie et sa fille n'ira pas travailler le soir : toute la famille au complet sera réunie pour prier.