Jean-Yves Le Drian : les fiefs de l'EI, "Raqa et Mossoul, en 2016, doivent tomber"

  • A
  • A
Jean-Yves Le Drian : les fiefs de l'EI, "Raqa et Mossoul, en 2016, doivent tomber"
Jean-Yves Le Drian a dit lundi vouloir faire de "2016 l'année d'un tournant majeur dans (le) combat contre le soi-disant Etat islamique".@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

En déplacement à Bagdad, le ministre français de la Défense a fait part lundi de son souhait de libérer Raqa et Mossoul des mains de Daech d'ici la fin de l'année.

Les deux principaux fiefs du groupe Etat islamique, Raqa, en Syrie et Mossoul, en Irak, "doivent tomber" en 2016, a assuré lundi le ministre français de la Défense, lors d'une visite à Bagdad.

"2016 doit être l'année du début de la fin pour Daech". "Raqa et Mossoul, en 2016, doivent tomber", a dit Jean-Yves Le Drian, ajoutant qu'il fallait "faire de 2016 l'année d'un tournant majeur dans notre combat contre le soi-disant Etat islamique, l'année de la libération des principaux centres de population qu'il contrôle encore, Raqa et Mossoul". "2016 doit être l'année du début de la fin pour Daech", a-t-il martelé lors d'une visite au Service de contre-terrorisme irakien (ICTS), une unité d'élite relevant du Premier ministre Haider al-Abadi, formée en partie par des soldats français à Bagdad.

"Daech a perdu l'initiative". Le ministre français a appelé à accroître la "pression" sur le groupe Etat islamique, en perte de vitesse selon lui. "La situation dans la région a basculé, entre la fin de l'année dernière et le début de cette année. Daech a perdu l'initiative ", a-t-il souligné. Evoquant les récentes pertes territoriales de l'EI, comme à Ramadi en Irak et Palmyre en Syrie, le ministre a insisté sur la nécessité de pousser cet avantage.

"Daech sera vaincu". Mais "parce qu'il est acculé, Daech reste plus dangereux que jamais", a-t-il souligné, rappelant que le groupe djihadiste reste une menace terroriste majeure, notamment en Europe, où il a revendiqué les attentats de Pariset Bruxelles (162 morts au total). Il faut donc continuer à agir pour que ses "ressources, ses chefs, ses capacités de planification d'attaques sur le sol européen soient sans cesse frappées et réduites", a ajouté le ministre français de la Défense. "Cette pression accroîtra bien sûr la probabilité que ce mouvement se fracture, que ceux qui l'ont rejoint par opportunisme cherchent à s'en éloigner", a dit Jean-Yves Le Drian, selon qui "c'est une certitude, Daech sera vaincu."