Jean-Marc Rouillan, ex d'Action directe, juge les terroristes de Paris "courageux"

  • A
  • A
Jean-Marc Rouillan, ex d'Action directe, juge les terroristes de Paris "courageux"
Jean-Marc Rouillan, ex d'Action directe, juge les terroristes de Paris "courageux". @ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Jean-Marc Rouillan a qualifié les terroristes de Paris "courageux", jugeant que "ce ne sont pas des gamins lâches". 

C'est une interview choc. Un ex-militant d'Action directe juge les terroristes de Paris "courageux". Jean-Marc Rouillan, ancien membre d'Action directe en liberté conditionnelle depuis 2012, a déclaré vendredi dans un entretien au mensuel satirique marseillais "Le Ravi" que les terroristes du 13 novembre "se sont battus courageusement dans les rues de Paris en sachant qu'il y avait près de 3.000 flics autour d'eux". 


Mise à jour à 19h30. Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire pour "apologie du terrorisme" visant Jean-Marc Rouillan.  Contacté par l'AFP, M. Rouillan a dit assumer ces propos, tout en affirmant qu'il ne s'agissait "pas d'une valorisation du tout" des jihadistes, dont il dit ne pas partager l'idéologie.

"Rien ne se fera sans violence". "On peut dire plein de choses sur eux - qu'on est absolument contre les idées réactionnaires, que c'était idiot de faire ça - mais pas que ce sont des gamins lâches", a-t-il ajouté. En conclusion de l'interview, rapporte Le Parisien, l'ancien terroriste affirme que c'est une utopie de croire qu'on peut changer la société sans violence. "Rien ne se fera sans la violence, mais la violence ne suffira pas. Il y a des milliers d'autres méthodes pour être révolutionnaire", conclut-il.

Interdit de parler de son passé terroriste. Jean-Marc Rouillan a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1989, assortie d'une peine de sûreté de 18 ans, pour l'assassinat de l'ingénieur général de l'armement René Audran en 1985 et celui du PDG de Renault Georges Besse en 1986. Il est interdit de séjour dans 38 départements et n'a pas le droit de parler de son passé terroriste.