Japon : victoire historique de l'opposition

  • A
  • A
Japon : victoire historique de l'opposition
Partagez sur :

En remportant 308 sièges sur 480, les centristes ont infligé une défaite cuisante aux libéraux au pouvoir depuis 54 ans.

C’est la fin d'un règne qui a duré 54 ans. Le Parti démocrate du Japon (PDJ), formation située au centre de l’échiquier politique, a remporté une victoire écrasante aux législatives organisées dimanche. Selon les résultats officiels, l’opposition s’est emparée de 308 sièges sur 480 (+ 193).

Il s'agit d'un "événement historique" raconte cette Japonaise de 56 ans au micro Europe 1 de Stéphanie Coudurier :


Cette très large victoire met fin à la gouvernance incontestée du Parti libéral démocrate (PLD) sur la deuxième économie du monde. L'impopulaire premier ministre japonais Taro Aso a annoncé dans la foulée qu'il allait démissionner de la présidence du parti jusque là majoritaire, qui n'a récolté que 119 sièges (- 181). Il a affirmé tirer ainsi les conséquences "du manque de confiance" des électeurs à son égard.

"Je crois que le public s'est senti frustré avec le gouvernement du parti au pouvoir", a renchéri Yukio Hatoyama, le chef de l’opposition et probable futur premier ministre. "En tenant compte de la vie des gens, nous nous étions donné pour but de changer ce gouvernement et avons mené campagne pour ça", a-t-il poursuivi.

Reste que la tâche qui s’annonce est immense : sortir le Japon de sa plus grave récession économique depuis 1945. Si les Japonais ont poussé Yukio Hatoyama aux commandes, l'homme est inexpérimenté. L'analyse d'Aviva Fried, pour Europe 1 :



Première réaction à cette élection à l'étranger : Barack Obama a dit espérer une "alliance forte" avec le futur premier ministre japonais. La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a adressé ses "félicitations les plus chaleureuses" au Parti démocrate, saluant "une nouvelle victoire historique des socialistes, sociaux-démocrates et progressistes dans le monde", neuf mois "après celle de Barack Obama".

Le yen s'est envolé, et s'appréciait rapidement face au dollar lundi matin après le résultat des élections. A 13 heures locales, le billet vert valait 92,66 yens, contre 93,59 yens vendredi soir. En début de matinée, l'indice Nikkei avait bondi de 2,21% et atteint son plus haut niveau en séance depuis le début de 2009, avant de céder du terrain à la mi-journée.