Japon : nouvelle tentative de refroidissement
Les installations nucléaires japonaises focalisent lundi l'attention des autorités du pays et de l'ensemble de la communauté internationale. © REUTERS

Retrouvez le point sur la situation de lundi au Japon, trois jours après le séisme.

Trois jours après le très violent tremblement de terre et le tsunami qui ont meurtri le Japon, les installations nucléaires japonaises ont focalisé, lundi, l'attention des autorités de ce pays et de l'ensemble de la communauté internationale.Une réunion doit se tenir à Bruxelles mardi pour faire le point sur la sûreté nucléaire en Europe. L'Allemagne a déjà annoncé un moratoire de trois mois sur l'allongement de la durée de vie des réacteurs allemands, élément majeur du programme de sa coalition conservateurs-libéraux.

Retrouvez les évènements de lundi ci-dessous :

21h00. Une ONG française renonce à aller au Japon à cause du risque nucléaire. Le Groupe de secours catastrophe français (GSCF), une ONG française, a annoncé lundi soir renoncer à se rendre au Japon, à cause notamment du "risque important d'exposer" son personnel "à une contamination par des particules radioactives", selon un communiqué. Le GSCF "devait envoyer une équipe de sept sauveteurs suivie d'une seconde équipe de 13 personnes", indique le communiqué. Après réunion d'une "cellule de crise", l'ONG a produit l'"analyse de la situation" suivante: "Compétence reconnue en matière de sauvetage des équipes japonaises", "probabilité faible de retrouver des survivants" après un tsunami, "situation non figée dans les centrales nucléaires", et "risque important d'exposer le personnel du GSCF à une contamination par des particules radioactives et de transférer cette dernière en France au retour des équipes". "Pour ces raisons, le GSCF a décidé de ne pas envoyer pour le moment d'équipe de sauveteurs", conclut le communiqué.

20h16. Reprise des injections d'eau à la centrale de Fukushima. Les opérations d'injection d'eau de mer dans le réacteur n°2 de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi ont repris mardi aux premières heures pour tenter de refroidir les barres de combustible, rapporte l'agence de presse Kyodo. Les barres de combustible nucléaire du réacteur s'étaient de nouveau retrouvées lundi totalement exposées hors de l'eau censée les refroidir pour éviter tout risque de fusion.

19h21. Minami-Sanriku, rayée de la carte. Un des envoyés spéciaux d'Europe 1 s'est rendu dans cette ville de 17.000 habitants où la moitié de la population est morte ou portée disparue depuis le tsunami de vendredi. Une rescapée raconte la violence de la vague de 15 mètres qui s'est abattue sur la ville, prenant tout le monde par surprise.

"Quand on a compris, c'était trop tard" :




19h02. La Commission européenne a demandé lundi la convocation d'une réunion extraordinaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la semaine prochaine à Vienne à la suite de l'accident nucléaire au Japon.

18h50. "Très faible probabilité" de voir des radiations atteindre les USA. Les autorités américaines ont évalué lundi à "très faible" la probabilité de voir un nuage radioactif émis par les réacteurs nucléaires endommagés par le séisme au Japon atteindre le territoire des Etats-Unis, y compris l'archipel de Hawaii dans le Pacifique. "A notre avis, la probabilité est très faible de voir des radiations dangereuses aux Etats-Unis, à Hawaii ou d'autres territoires américains", a déclaré le directeur de l'autorité américaine de régulation du nucléaire (NRC), Gregory Jaczko, lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche.

18h29. Pas de nouveau Tchernobyl. Il est "très improbable" que la crise dans la centrale nucléaire de Fukushima 1 ne dégénère en une situation comparable à celle de l'accident de Tchernobyl, a déclaré lundi le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano.

18h25. 100.000 enfants déplacés. Le tremblement de terre et le tsunami dévastateur qui s'en est suivi au Japon ont fait près de 100.000 déplacés parmi les enfants, a estimé lundi l'ONG de secours aux enfants Save the Children, basée au Royaume-Uni. "Près de 100.000 enfants ont été déplacés en raison du séisme et du tsunami de vendredi", a indiqué lundi Stephen McDonald, responsable des opérations de l'organisation au Japon, dans un communiqué. "Leur domicile a été détruit et nombre d'entre eux vont trouver un abri dans des centres d'évacuation bondés. Nous ne pouvons qu'imaginer ce que cette expérience doit avoir de terrifiant pour eux", a-t-il ajouté. Save the Children a lancé un appel pour recueillir un million de livres (1,16 million d'euros) afin de financer ses opérations de secours dans le nord-est de l'archipel.

18h11. Le Japon a demandé aux Etats-Unis une aide sur les questions liées au refroidissement de réacteurs nucléaires, suite aux incidents survenus après le séisme et le tsunami, a indiqué lundi l'autorité de régulation nucléaire américaine.

17h57. L'accident nucléaire de Fukushima a atteint un niveau de gravité "au-delà de Three Mile Island (niveau 5) sans atteindre Tchernobyl" (niveau 7 sur 7), a affirmé lundi le président de l'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste.

17h08. Eva Joly (Europe Ecologie-Les Verts) a réclamé lundi la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, pour des raisons de sécurité, après les accidents nucléaires déclenchés au Japon par le séisme de vendredi. "Nous les écologistes, nous demandons la fermeture rapide de la centrale de Fessenheim" à l'"horizon de quelques mois", a lancé l'eurodéputée en déplacement à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, pour la campagne des cantonales.

16h55. Le Japon a officiellement demandé à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) l'envoi d'une équipe d'experts après les explosions dans une centrale nucléaire, a déclaré lundi le directeur général de l'agence onusienne Yukiya Amano.

16h41.L'incident de Fukushima classé en niveau 5 voire 6 selon l'ASN. L'accident survenu dans la centrale nucléaire de Fukushima au Japon pourrait être classé au niveau 5 voire 6 sur l'échelle internationale, a déclaré lundi le président de l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste. Les autorités japonaises ont classé l'incident au niveau 4 samedi. "Le niveau 4 est un niveau important. Nous avons le sentiment qu'on est au moins au niveau 5 sinon au niveau 6", a déclaré le président de l'ASN lors d'une conférence de presse à Paris.

16h40. La compagnie aérienne allemande Lufthansa a indiqué lundi qu'elle inspectait ses avions de retour du Japon pour vérifier s'ils portent des traces de radioactivité. "Il s'agit pour nous d'une mesure de précaution", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Lufthansa. Les tests de radioactivité sont menés par les pompiers des aéroports concernés par les vols entre l'Allemagne et le Japon, soit Francfort (ouest) et Munich (sud).

Jusqu'ici, aucune trace de radioactivité n'a été détectée sur les appareils concernés, a précisé le porte-parole. Selon un porte-parole de l'aéroport de Francfort, Lufthansa est la seule compagnie à observer ces précautions. "Les compagnies japonaises, à ma connaissance, ne font pas" ces tests, a-t-il ajouté soulignant qu'il n'y avait "aucune consigne officielle" dans ce sens.

16h27. L'OMS juge le risque minime pour la santé publique. Les risques pour la santé publique causés par les fuites radioactives survenues dans des centrales nucléaires au Japon sont minimes, a estimé lundi l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), alors que l'inquiétude grandit face à la menace nucléaire. "Cela veut dire que si quelqu'un est touché, les risques ne sont pas très grands", a indiqué un porte-parole de l'organisation.

16h18. Le niveau d'eau dans le réacteur 2 de la centrale de Fukushima a de nouveau fortement baissé, ce qui empêche le refroidissement des barres de combustible, ont rapporté les médias, citant l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).

16h08. Merkel veut un moratoire sur l'allongement de la vie des réacteurs. La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé lundi un moratoire de trois mois sur l'allongement de la durée de vie des réacteurs allemands, élément majeur du programme de sa coalition conservateurs-libéraux, après les explosions dans une centrale nucléaire au Japon.

16h01. Barack Obama réitère l'offre d'aide américaine au Japon. Barack Obama a renouvelé lundi l'offre d'assistance des Etats-Unis au Japon en se disant très touché par les scènes de désolation et de destruction dans le nord-est de l'archipel nippon dévasté par le séisme de vendredi. "Nous nous tiendrons aux côtés du Japon dans les jours difficiles qui s'annoncent", a promis le chef de l'exécutif américain. "Je continue à avoir le coeur brisé par les images de dévastation en provenance du Japon", a-t-il ajouté au début d'un discours consacré à l'éducation.

15h21. L'équipe de France de judo, qui était en stage au Japon, a été rapatriée en raison de l'important séisme suivi d'un tsunami qui a frappé ce pays, a déclaré lundi la ministre française des sports. "On a rapatrié l'équipe de France de judo, qui est rentrée ce matin très tôt", a déclaré Chantal Jouanno à l'issue d'un déjeuner de l'équipe de France de handball championne du monde avec le président Nicolas Sarkozy, à l'Elysée. Le championnat du monde de patinage artistique, qui devait avoir lieu au Japon, a également été annulé.

15h05. "Est-ce bien d'avoir survécu ?". Des survivants du tsunami, interrogés par la chaîne CNN, témoignent de la violence de la vague. Certains ont tout perdu dans le tsunami et se demandent si avoir survécu est finalement une bonne chose.



14h47. L'ambassade de France cherche à entrer en contact avec 5 Français. L'ambassade de France au Japon cherche encore à entrer en contact avec cinq Français dans ce pays ravagé par un terrible séisme, a indiqué lundi après-midi le ministère des Affaires étrangères, soulignant qu'à ce stade aucun Français n'est signalé parmi les victimes. "Il y a encore cinq Français avec lesquels nous ne sommes pas en contact", a déclaré le porte-parole du ministère, Bernard Valero, qui avait parlé un peu plus tôt de 17 personnes. La communauté française au Japon compte environ 9.000 personnes, dont 7.000 qui vivent dans le grand Tokyo. Quelque 664 Français vivent sur la côte orientale touchée par la secousse, dont 41 à Sendai où le tsunami a été le plus violent. Le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères a mis à la disposition des familles qui s'inquiètent un numéro spécial à Paris (01 43 17 56 46). Quelque 3.300 appels ont été reçus depuis le début de la catastrophe.

13h35. L'hypothèse d'une "grosse explosion" est limitée.

Le porte-parole du gouvernement japonais a jugé lundi improbable une grosse explosion au niveau du réacteur 2 de la centrale nucléaire Fukushima 1, selon des propos rapportés par l'agence Kyodo.

13h53. La population japonaise résidant aux abords de la centrale nucléaire de Fukushima est sous haute-surveillance. Les habitants sont décontaminés.

13h20. Le G8 au chevet du Japon. "Les ministres ouvriront leurs travaux sur les conséquences de la catastrophe naturelle sans précédent qui vient de frapper le Japon. Ce sera l'occasion d'exprimer leur soutien et leur confiance au gouvernement ainsi que leur admiration au peuple japonais", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bernard Valero lors d'un point-presse."Le ministre japonais, Takeaki Matsumoto, pourra aider les Etats membres du G8 à mieux définir les modalités de leur action à court, mais aussi à moyen et long terme pour aider le Japon à surmonter cette épreuve", a ajouté Bernard Valero.

13h10. A Tokyo, la vie quotidienne est totalement désorganisée. "Des magasins d'alimentation dévalisés, les réservoirs d'essence des voitures abandonnées siphonnés, des coupures d'électricité", voilà la situation décrite par Karine Poupée, la correspondante de l'AFP à Tokyo, au micro d'Europe 1.

13h06. Les JT français boostés par la catastrophe au Japon. Les éditions spéciales de TF1 et France 2 ont battu des records d'audience au cours du week-end, en consacrant des éditions spéciales au séisme au Japon. Dimanche par exemple, le JT de 20h00 présenté par Claire Chazal a drainé 9,9 millions de téléspectateurs, par rapport à une moyenne habituelle de 7,3 millions de téléspectateurs pour ce rendez-vous.

12h45. Une ville en miettes. Minamisanriku comptait 17.000 habitants avant le séisme et le tsunami de vendredi. 10.000 d’entre eux auraient été tués. C’est une "ville en miettes", "pas une maison n’a résisté à des vagues de 15 mètres", raconte l’envoyé spécial d’Europe 1 au Japon, Sébastien Krebs.

12h43. Une fusion dans le réacteur 2 ? A la centrale de Fukushima, une fusion du combustible du réacteur 2 n'est désormais plus exclue, par la société qui gère ce site. Et pour cause : le circuit de refroidissement a cessé de fonctionner lundi matin et il ne reste de ce fait pratiquement plus d'eau à l'intérieur, a fait savoir la compagnie Tepco.

12h28. Les produits alimentaires japonais sous surveillance. Plusieurs pays asiatiques ont annoncé lundi de prochains tests sur les produits alimentaires importés du Japon pour vérifier qu'ils n'ont pas été contaminés après l'accident nucléaire survenu dans une centrale à la suite du séisme de vendredi. Singapour et le Sri Lanka ont indiqué qu'ils allaient mener des tests tandis que Taïwan, les Philippines et la Malaisie ont annoncé des mesures de précaution.

12h00. Quatre Français toujours portés disparus.

Selon les informations recueillies par Europe 1 auprès de la diplomatie française, il reste au Japon quatre ressortissants français dont les autorités sont toujours sans nouvelles, trois jours après le séisme. Le dernier bilan faisait état d'une vingtaine de ressortissants qui étaient dans la région nord-est du Japon au moment du séisme et portés disparus.

11h40. Air France rectifie le tir. La compagnie aérienne française Air France a mis en place lundi des "tarifs spéciaux" en aller simple Tokyo-Paris. "Nous avons mis en place des tarifs spéciaux en aller simple spécialement pour les gens qui veulent revenir de Tokyo", mais ces tarifs restent dans le cadre "commercial", a expliqué un porte-parole de la compagnie aérienne confirmant une information de Libération. Ces places sont disponibles "via les canaux de réservations habituels" (comptoirs Air France, agences de voyage, numéros d'appels en France et au Japon), et seront disponibles sur internet "en fin de journée".

11h33. Les coupures d'électricité ont débuté. La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a finalement mis en oeuvre lundi en fin de journée les coupures d'électricité prévues pour réguler la demande. Elle les avait différées tant qu'elle était capable de satisfaire les besoins.

11h25. La Croix rouge américaine sur le pied de guerre. Un appel aux dons pour aider les populations locales a été lancé par l'ONG. Aujourd'hui, il est largement relayé sur le site de microblogging Twitter.

10h54. L'Inde préfère prévenir que guérir. Le Premier ministre indien Manmohan Singh a annoncé lundi que la sécurité de tous les réacteurs nucléaires du pays serait vérifiée, après le séisme et le tsunami au Japon qui ont endommagé plusieurs réacteurs.

10h50. Malgré le chaos ambiant, les Japonais restent "zen". Une attitude qui suscite l'admiration des Français sur place.

"La situation n'est pas du tout anxiogène, c’est plus les nouvelles qui viennent de Paris qui sont vraiment stressantes", assure Hélène, une jeune Française rentrée du Japon dimanche :


"C’est une leçon pour nous, (…) une bonne philosophie de vie", poursuit Léo Lewis, un autre Français resté au Japon :


10h00. NKM contestée. L'observatoire du nucléaire a appelé lundi au remplacement de la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet. Alors que le Japon est au cœur d'une catastrophe
nucléaire, Madame Kosciusko-Morizet prétend que "le nucléaire est une bonne énergie" !, peut-on lire sur le communiqué. "Mme Kosciusko-Morizet semble avoir oublié qu'elle était ministre de l'écologie et non VRP d'Areva et d'EDF. Elle doit quitter son poste ministériel et être remplacée par une personne qui agisse effectivement pour l'environnement… et non contre" conclut le texte.

9h57. Duflot enfonce le clou. Cécile Duflot a dénoncé lundi matin sur France 2 le discours "lénifiant" du gouvernement français face aux incidents nucléaires survenus au Japon. La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts a également réclamé, après d'autres écologistes, un référendum sur l'énergie nucléaire en France.

9h54.Exit les Mondiaux de patinage artistique au Japon. Dans un communiqué publié ce lundi, la Fédération internationale (ISU) a annoncé l'annulation des Mondiaux de patinage artistique au Japon, à Tokyo, initialement programmés du 21 au 27 mars, en raison du tremblement de terre dans l'archipel. "Devant les développements et la gravité de la situation au Japon, l'ISU, en consultation avec la fédération japonaise et sur les conseils des autorités japonaises, a conclu que la tenue des Championnats du monde de patinage artistique du 21 au 27 mars n'était pas possible", peut-on lire dans le communiqué. Par ailleurs, le Team Trophy, prévu en avril à Yokohama, est également annulé.

9h26. Réactions en chaîne. Le certificat d'investissement du groupe public nucléaire Areva a chuté de près de 9% lundi en début de séance à la Bourse de Paris.

9h13. Une voix alarmante... et discordante. Le ministre de l'Industrie Eric Bessona affirmé lundi que la situation après l'accident dans la centrale japonaise de Fukushima était "préoccupante". Il n'a pas écarté le scénario d'une catastrophe nucléaire.

8h52. 20 Français toujours portés disparus. L'ambassade de France au Japon a annoncé lundi matin être toujours sans nouvelle de 20 ressortissants. Il est recommandé aux Français de s'éloigner de la région du Kanto dont capitale japonaise fait partie.

8h52. 20 Français toujours portés disparus. L'ambassade de France au Japon a annoncé lundi matin être toujours sans nouvelle de 20 ressortissants. Il est recommandé aux Français de s'éloigner de la région du Kanto dont capitale japonaise fait partie.

8h38. NKM loue la "transparence" française. La ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a évoqué la "discrétion" de de "l’industrie nucléaire japonaise" lundi sur Europe 1. "La France s’est dotée d’une autorité de sûreté indépendante, qui est garante de la transparence et qui la pratique à l’égard de tous les Français. Au Japon, il n’y a pas encore eu la même évolution", a estimé la ministre de l’Ecologie.




La mobilisation 2.0. Trois jours après le séisme et le tsunami dévastateur, les appels aux dons se multiplient sur la toile.




La grande inconnue. Pour Alain Cirou, consultant scientifique d'Europe 1, "on ignore ce qui se passe au cœur des réacteurs.

Michèle Rivasi, députée européenne Europe Ecologie les Verts, tire également la sonnette d'alarme.

Cohn-Bendit monte au créneau. Le député européen d'Europe Ecologie Les Verts, a demandé à la gauche, lundi sur Europe 1, d'inclure l'idée d'un référendum sur le nucléaire civil dans son programme pour 2012.




La banque du Japon prend des mesures exceptionnelles. La banque centrale du Japon (BoJ) a décidé lundi d'augmenter de 5.000 milliards de yens (44 milliards d'euros) ses achats divers d'actifs et de maintenir son taux directeur dans la fourchette 0,0% à 0,1%, pour faciliter les financements et stabiliser les marchés après le séisme.

Question du jour. Le débat sur la sûreté des installations nucléaires en France est plus que jamais relancé. Avez-vous toujours confiance ? Répondez ici.

7h58. Les répliques du tremblement de terre annoncées. L'agence japonaise de météorologie publie un tableau avec l'intensité et l'heure des répliques attendues cette semaine au Japon.

Maintenir le lien. Pour permettre aux japonais de garder le contact, Skype Japon a décidé de fournir gratuitement les liaisons wifi et Skype.

Regardez la vidéo de l’explosion de ce matin :

http://www.youtube.com/watch?v=9oNEIj7EmNo&feature=player_embedded

2.000 corps retrouvés. Selon l'agence Kyodo citée par Al Arabiya, ces cadavres ont été découverts lundi sur les côtes de Miyagi au Nord-est du Japon.

Déjà six blessés. Selon CNN, les deux nouvelles explosions survenues lundi à Fukushima ont déjà fait six blessés.

La bourse de Tokyoplonge. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé lundi sa première séance depuis le séisme sur un plongeon de 6,18%. L'indice des 225 valeurs vedettes a perdu 633,94 points pour tomber à 9.620,49 points.

Nouvelle panne. Le circuit de refroidissement du deuxième réacteur de Fukushima a cessé de fonctionner.

Le point avec l'AIEA. L'agence internationale de l'énergie atomique a publié très tôt lundi matin un communiqué sur les deux dernières explosions à Fukushima.

La NHK mobilisée. La NHK continue de couvrir en direct les derniers évènements.

Elle est en mesure de répondre aux besoins. La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), qui dessert l'Est du Japon, continue lundi de différer de quelques heures les coupures d'électricité prévues pour réguler la demande. Elle devait interrompre successivement la fourniture de courant par tranches de 3 heures et 40 minutes dans diverses zones de Tokyo et alentour.

Fin de l'alerte. L'alerte au tsunami sur les côtes nord-est du Japon a été levée lundi, vers 13H00 locale (04H00 GMT). "Il n'y a plus de crainte d'un tsunami pour le moment, mais nous continuons à demander aux résidents de rester vigilants", a déclaré à l'AFP un responsable de la préfecture de Fukushima.

6h45. Deux explosions se sont produites lundi matin au niveau du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima 1. Le réacteur n'a pas été endommagé, a affirmé l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco). Selon le porte-parole du gouvernement japonais, Yukio Edano, la possibilité d'une importante fuite radioactive est "faible". L'hydrogène serait à l'origine de l'explosion.