Japon : amour vache au sommet de l’Etat

  • A
  • A
Japon : amour vache au sommet de l’Etat
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’épouse du Premier ministre refait le portrait de son mari dans un ouvrage mordant.

Même les Premiers ministres se font tacler par leur épouse. C’est le cas de Naoto Kan, Premier ministre japonais, qui en prend pour son grade dans un livre publié par sa femme. Selon cette dernière, son mari n'a aucun goût en matière vestimentaire, ne sait pas se faire à manger et a complètement raté son premier discours de politique générale.

"Mon opposition à la maison"

Intitulé Qu'est-ce qui va changer au juste au Japon après que tu sois devenu Premier ministre ?, l'ouvrage annonce la couleur en proclamant sur son bandeau de couverture : "elle étrille son mari Naoto Kan !". Nobuko, la Première Dame du Japon, n'a pas la langue dans sa poche et est connue pour son non-conformisme, à tel point que son mari l'a surnommée "mon opposition à la maison".

Nobuko Kan n'hésite pas à évoquer leur vie privée. Elle révèle que le nouveau numéro un japonais "n'a aucun goût pour la mode vestimentaire" et ne sait pas se faire même des plats simples "à cause de la mauvaise éducation que sa mère et moi lui avons inculquée". Dans une interview accordée à la télévision privée TV Asahi, elle a déclaré : "j'ai toujours pensé que l'expression "Première Dame" ne convenait pas au Japon. Je ferai tout ce que je peux en tant qu'épouse, mais j'aimerais garder ma liberté".

Un poids plume au pouvoir

Dans son ouvrage, la Première dame avoue se demander si "c'est bien que cet homme soit Premier ministre parce que je le connais parfaitement". "Dans le monde politique actuel, il y a beaucoup de poids légers. Voilà ce qui arrive lorsqu'il faut choisir parmi eux." Non contente de rompre avec l'image stéréotypée de l'épouse soumise, Nobuko savoure le plaisir d'être la critique la plus mordante du Premier ministre avec lequel elle bataille sur tout, que ce soit à propos des tâches ménagères ou bien de la réforme des impôts.

Naoto Kan, qui était dans le précédent gouvernement vice-Premier ministre, est un bon orateur dans la rue, mais "un piètre tribun lorsqu'il doit lire un discours". "Même en tant que membre de sa famille, je ne peux pas lui donner une note passable pour son discours de politique générale, ou pour les sessions de questions au Parlement auxquelles il a participé depuis qu'il est devenu Premier ministre."

Pour elle, l'image d'un Premier ministre japonais ressemble davantage à un homme politique dans la force de l'âge, de grande stature, comme Yasuhiro Nakasone, âgé aujourd'hui de 92 ans, qui a occupé le poste pendant cinq ans à l'époque du président américain Ronald Reagan dans les années 1980. "Kan aime être sur le terrain (...) Je crois qu'il est mieux qualifié pour apporter un soutien à un autre candidat", écrit-elle à propos de son mari qui a débuté sa carrière comme militant de gauche en faveur de l'environnement, du pacifisme et du droit des femmes, avant de s'engager en politique. Malgré ses critiques mordantes, Nobuko Kan soutient son époux depuis maintenant quatre décennies.