Japon : 1.800 morts, 10.000 disparus

  • A
  • A
Japon : 1.800 morts, 10.000 disparus
Le Japon a vécu le séisme le plus violent de son histoire.@ MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

Le puissant tremblement de terre a déjà fait plus de 1.800 morts et disparus.

Encore sous le choc, les rescapés du séisme et du tsunami dévastateurs dans le nord-est du Japon tentaient samedi de se réconforter dans les centres d'hébergement et couraient les rares magasins ouverts pour se ravitailler, au milieu de scènes de désolation. Les secouristes recherchent toujours des victimes le long des côtes. Le tremblement de terre de magnitude 8,9 sur l'échelle de Richter, le plus violent jamais enregistré au Japon, et le raz-de-marée qui a suivi ont fait plus de 1.800 morts et des milliers de disparus, selon un dernier bilan de l'agence de presse Kyodo.

Un dispositif pour les proches

Pour localiser les disparus, plusieurs dispositifs ont été mis en place. Le réseau de téléphone portable étant hors service au Japon, les proches inquiets se sont rabattus sur Internet. Le moteur de recherche Google a notamment mis à disposition Japan Person Finder, un outil permettant aux internautes de signaler leur situation, pour être plus facilement localisé.

25 Français recherchés

Par ailleurs, 25 Français sont toujours recherchés dans la région de Sendai au Japon, a déclaré samedi le porte-parole de l'ambassade de France, interrogé sur LCI. Les autorités françaises ont en revanche retrouvé les 19 ressortissants installés près de Fukushima, où une explosion et une fuite radioactive se sont produites samedi.

En France, le Quai d’Orsay a mis en place un numéro de veille (01.43.17.56.46). Les ressortissants français au Japon, de leur côté, peuvent appeler la cellule de crise de l’Ambassade de France à ce numéro : (03)-5798-6000.

Sans nouvelles de 10.000 habitants

Les autorités de la préfecture de Miyagi sont toujours sans nouvelles de quelques 10.000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku au lendemain du tsunami. Les recherches se poursuivent avec l'aide de l'armée pour tenter de les retrouver.

L’économie durement affectée

Autre conséquence de la catastrophe, transports routiers et ferroviaires ont été stoppés dans une grande partie de l’archipel, notamment dans le Nord-Est, provoquant une pagaille incroyable sur les routes, dans un pays pourtant accoutumé aux séismes. Le trafic a été interrompu une bonne partie de la journée à l'aéroport de Tokyo-Narita, avant de reprendre progressivement.

Ces mesures de sécurité, en plus des dégâts matériels causés directement par le séisme, risquent de coûter cher à l’Etat japonais. Ainsi, selon une estimation "très préliminaire" du cabinet JPMorgan Cazenove, la facture pourrait osciller entre un et deux milliards de dollars. L’ONU et les Etats-Unis ont notamment proposé leur aide financière.