Jackson : le médecin a dissimulé le propofol

  • A
  • A
Jackson : le médecin a dissimulé le propofol
@ REUTERS
Partagez sur :

Au 3e jour du procès, un homme a affirmé que le médecin a rapidement voulu dissimuler le sédatif.

Alberto Alvarez, l'agent de sécurité de Michael Jackson, a affirmé jeudi au troisième jour du procès de Conrad Murray qu'il l'avait aidé à dissimuler les sédatifs administrés à Michael Jackson le matin de sa mort. L'agent de sécurité du chanteur a mis ainsi clairement en cause le Dr Conrad Murray à travers cette déclaration.

Alberto Alvarez est la première personne, après Conrad Murray, à être entrée dans la chambre du "roi de la pop" le matin du 25 juin 2009. A son arrivée dans la pièce, l'agent de sécurité a expliqué avoir découvert Michael Jackson allongé sur le lit, "les bras écartés, les paumes vers le ciel, les yeux et la bouche ouverts". Conrad Murray exerçait d'une main des pressions sur le torse de la star.

Selon lui, le médecin s'est emparé des flacons posés sur la table de nuit et lui a dit "Mettez ça dans un sac". Le médecin a ensuite désigné une poche qui pendait à un support pour perfusion en intraveineuse et a dit "Mettez-le dans le sac bleu". Alberto Alvarez a ajouté que la poche contenait une substance "blanche et laiteuse", identifiée par le procureur comme étant du propofol. Ensuite seulement, il a appelé les secours.

Prince et Paris étaient présents

Par ailleurs, l'agent de sécurité a expliqué que Prince et Paris, les deux enfants de la star, avait assisté à la scène. "Quand je suis entré dans la chambre, Conrad Murray m'a dit: 'Il faut emmener (Michael Jackson) à l'hôpital, il faut une ambulance'. J'ai cherché mon téléphone et j'ai vu que Prince et Paris étaient derrière moi. Paris a crié: 'Papa !'". La fillette pleurait. "Je les ai fait sortir et leur ai dit : 'Les enfants, ne vous inquiétez pas, on va s'occuper de tout, ça va aller'", a-t-il déclaré.

La défense a tenté de jeter le doute sur le déroulé des événements décrits par Alberto Alvarez, qui mettent nettement en cause le médecin personnel de Michael Jackson. Ed Chernoff, l'avocat de la défense, s'est étonné dans son contre-interrogatoire que l'agent de sécurité ait pu, dans un délai très court, réconforter les enfants, les faire sortir, récupérer le propofol et appeler les secours. "Je suis très efficace", lui a rétorqué ce dernier.

Les compétences de Murray pointées du doigt

Les déclarations d'Alberto Alvarez suscitent également des interrogations sur les compétences de Conrad Murray. Le cardiologue semblait effectuer un massage cardiaque d'une main sur un lit, en dépit des règles de base de la procédure qui veut qu'un massage soit fait à deux mains sur une surface dure. Apparemment, le médecin effectuait là son premier bouche-à-bouche.

"Je me souviens qu'après quelques expirations, il s'est redressé et a dit : 'C'est la première fois que je fais du bouche-à-bouche, mais je dois le faire, (Michael Jackson) est mon ami'", a en ce sens affirmé Alberto Alvarez. Vendredi sont attendus à la barre les deux pompiers dépêchés chez Michael Jackson par les urgences.