"J'ai eu la chance d'être au rez-de-chaussée"

  • A
  • A
"J'ai eu la chance d'être au rez-de-chaussée"
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Des humanitaires présents sur place et des habitants témoignent de l'horreur dans les rues de Port-au-Prince.

"Il y avait beaucoup de cadavres dans les rues, des hommes, des jeunes, partout. Les hôpitaux ne fonctionnent plus. Je pense qu’il n’y a pas assez d’aide vu les pertes que l’on a subies", s'indigne Tania, une habitante de Port-au-Prince, interrogée par Europe 1, après le séisme qui a frappé Haïti.

Sébastien, un employé de la Croix-Rouge, et Carel Pedre, un Haïtien, racontent les secousses qui n'en finissent pas et la désolation partout dans les rues :

"Les gens sont dans les rues, ils sont venus chercher à manger : j’ai dormi dans la rue hier soir, j’ai mis un carton devant ma maison", raconte encore Tania :

Parmi les rescapés, Sophie Bouteau de Lacombe, une Française travaillant par l'ONU. "J'ai eu la chance d'être au rez-de-chaussée. Les six étages du building se sont effondrés et nous avons malheureusement beaucoup de collègues qui sont encore enfermés dans les débris", a-t-elle raconté sur Europe 1 :

"Les gens n’ont plus rien. Comme nos voitures MSF sont facilement identifiables et qu’ils sont énervés, ils nous sautent dessus pour nous demander de l’aide, parce qu’ils sont dans un désespoir terrible", précise Frédéric Sanchez, le coordinateur des opérations MSF-Canada à Haïti. Ils dorment dans les rues, ils ne peuvent plus retourner dans leur habitation", assure-t-il avant d’ajouter : "Une bonne partie de la ville est tombée à la suite de ce tremblement de terre. C’est terrible, c’est exactement ce qui s’est passé pour nos structures médicales. Nous avons dû évacuer nos patients".

> Europe 1 s'associe à la Croix-Rouge française pour venir en aide à la population haïtienne, victime du séisme. Pour faire un don, cliquez ici.