Italie : tollé après un message sexiste de Grillo

  • A
  • A
Italie : tollé après un message sexiste de Grillo
Interrogé la semaine dernière par la presse étrangère, l'ex-humoriste avait assuré n'être pas "populiste". "Je ne veux pas être considéré comme le réactionnaire de l'Europe, je ne suis pas anti-européen", avait clamé Beppe Grillo.@ Reuters
Partagez sur :

FAIL - Un message a été posté par le leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S).

L'INFO. Un message sexiste posté sur le compte Facebook du leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S), Beppe Grillo, contre la présidente de la Chambre des députés, Laura Boldrini, provoque un tollé en Italie, après qu'il eut suscité un torrent d'insultes sur la toile.

Le mouvement prend ses distances. Samedi, sur la page Facebook du leader de "Cinque Stelle", dont 106 députés siègent à la chambre, était apparu ce commentaire : "Que se passerait-il si tu te trouvais con la Boldrini en voiture ?". Ce commentaire était assortie d'une vidéo satirique, avec un sosie de Laura Boldrini dans une voiture. Le commentaire a été relancé sur la page du mouvement, déchaînant des centaines de réactions sexistes, violentes, injurieuses contre la présidente de la Chambre. "Nous prenons nos distances avec les offenses sexistes provenant du courrier de Grillo. Les messages ont été écrits durant la nuit quand il n'était possible d'exercer aucun contrôle. Les messages ont été supprimés", a indiqué le bureau des communications du M5S.

Des excuses réclamées. Le courrier sexiste contre Laura Boldrini a été condamné par toute la classe politique, les "grillini" se sentant eux-mêmes embarrassés par la nouvelle provocation assumée par leur chef. Membre du SEL (Gauche, écologie et liberté), Laura Boldrini est mal vue par Grillo en raison de son attitude trop conciliante à l'égard du gouvernement modéré d'Enrico Letta en tant que présidente de la Chambre.  "L'offense qu'a dû subir la présidente de la Chambre exigerait, au moins, les excuses publiques de Beppe Grillo, mais qui sait si elles arriveront jamais", écrit dimanche le quotidien de gauche Il Fatto Quotidiano.

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - L’Italie aussi a ses "bonnets rouges"

ZOOM - Italie : qui sont les "grillini" ?

PORTRAIT - Beppe Grillo, le vrai vainqueur des élections