Italie : des affiches hostiles au pape François sont placardées dans les rues de Rome

  • A
  • A
Italie : des affiches hostiles au pape François sont placardées dans les rues de Rome
Quelque 200 affiches hostiles au pape ont été placardées à Rome.@ FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Partagez sur :

Des affiches anonymes ont été placardées à Rome ce week-end, accusant le pape de gouverner de manière autoritaire et d'avoir "décapité" les conservateurs de l'Ordre de Malte.

Des centaines d'affiches hostiles au pape François ont été placardées dans les rues de Rome durant le week-end. "Mais où est ta miséricorde ?", demandent ces affiches en dialecte romain, sous un portrait du pontife argentin à l'air maussade et accusé d'avoir "renvoyé des prêtres", "ignoré les cardinaux", "décapité l'Ordre de Malte et les Franciscains de l'Immaculée".



La police enquête sur les auteurs anonymes. La mairie de Rome, qui avait déjà ces derniers mois effacé des peintures murales humoristiques et plutôt favorables au pape, a rapidement annoncé avoir retiré plus de 200 affiches, tandis qu'une partie de celles qui restaient étaient recouvertes de la mention "affichage illégal". La police romaine a ouvert une enquête et cherchait lundi à déterminer qui a pu coller des dizaines d'affiches anonymes, en examinant les images du réseau de caméras de surveillance. 

Les conservateurs opposés au pape. Les affiches accusent le pape d’hypocrisie, et de gouverner de manière autoritaire, en contradiction avec le message central du pontificat autour de la miséricorde, note Le Monde. Les accusations font précisément référence aux démêlés du pape avec les conservateurs, au sein de l'Ordre de Malte, dans la communauté très conservatrice des Franciscains et parmi les cardinaux qui ont par exemple émis des doutes sur la décision de François d'autoriser dans quelques cas la communion des divorcés remariés.

Conflit avec l'Ordre de Malte
Les affiches accusent notamment le pape d'avoir "décapité l'Ordre de Malte", institution catholique caritative mise au pas la semaine dernière par le souverain pontife, forçant à la démission le Grand Maître de l'Ordre et maintenant en place le grand chancelier, pourtant jugé responsable d'une distribution de préservatifs en Birmanie lors d'une mission de l'Ordre. Le pape a alors nommé un délégué du Vatican pour remettre en ordre l'institution, peu avant l'apparition des affiches, samedi. Cette décision a de fait mis sur la touche le cardinal Raymond Leo Burke, censé représenter le pape auprès de l'Ordre de Malte depuis 2014. Le prélat américain s'oppose fréquemment aux prises de position de François sur les questions sociétales.