Israël : une opération de démolition tourne mal en Israël, un policier et un villageois tués

  • A
  • A
Israël : une opération de démolition tourne mal en Israël, un policier et un villageois tués
La démolition de ces maisons a provoqué des heurts entre les habitants et les policiers israëliens@ AHMAD GHARABLI / AFP
Partagez sur :

Selon les autorités israéliennes, les policiers auraient été attaqués à la voiture bélier. Un autre homme affirme que les policiers ont ouvert le feu sans raison. 

Une opération de démolition dans un village bédouin a très mal tourné mercredi dans une communauté emblématique du sud d'Israël, où un policier israélien et un villageois arabe ont été tués dans des circonstances différentes selon les versions de la police et des villageois.

Un policier et un villageois sont morts. Le policier Erez Levi, 34 ans, est mort dans une attaque à la voiture bélier dont l'auteur a ensuite été abattu, a indiqué la police qui a décrit le conducteur comme un "terroriste". Plusieurs villageois et l'assistant d'un député arabe présent sur place ont contesté cette version des faits.

Une attaque à la voiture bélier. Les policiers avaient été dépêchés dans le village bédouin d'Umm al-Hiran pour sécuriser la démolition de plusieurs maisons de bédouins, dépourvues, selon les autorités israéliennes, des permis nécessaires. "À l'arrivée des unités de police sur la zone, un véhicule conduit par un terroriste du Mouvement islamique a tenté d'attaquer un groupe de policiers en les percutant. Les policiers ont riposté et le terroriste a été neutralisé", a dit un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Une autre porte-parole de la police a confirmé la mort du conducteur. Plusieurs policiers ont été blessés, a dit Micky Rosenfeld.

Une version contestée. Raed Abou al-Qiyan, responsable d'un comité prodiguant des services aux villageois, a contesté cette version. "La version israélienne est un mensonge. Il (le conducteur) était un enseignant respecté. Ils (les policiers) sont arrivés et ont commencé à tirer sans discrimination des balles en caoutchouc, visant les gens, allant jusqu'à blesser le député (arabe israélien) Ayman Odeh qui essayait de leur parler", a déclaré à l'AFP Raed Abou al-Qiyan, qui dit avoir été témoin direct des faits.