Israël : Sarkozy ne veut plus de colonies

  • A
  • A
Israël : Sarkozy ne veut plus de colonies
@ REUTERS
Partagez sur :

Au côté du président palestinien, le chef de l'Etat a exhorté Israël à geler les colonisations.

En déplacement à Paris lundi, Mahmoud Abbas a lancé un nouvel appel à Israël pour la prolongation du moratoire sur les colonisations en Cisjordanie. A l’issue d’une réunion de travail avec Nicolas Sarkozy, et au côté de son homologue français, le président palestinien a réclamé "trois ou quatre mois" supplémentaires pour donner sa chance au processus de paix.

Pas de décision avant le 4 octobre

Mahmoud Abbas a reçu le soutien appuyé de son hôte du jour. "Nous avons regretté que les appels unanimes afin de prolonger le moratoire israélien sur la colonisation n'aient pas été entendus, je le déplore", a déclaré Nicolas Sarkozy. "Ce gel existait depuis huit mois et il fallait le maintenir pour donner toutes ses chances à la négociation. Je le dis devant le président Abbas, la colonisation doit cesser", a-t-il ajouté, confessant son "inquiétude de voir le processus lancé le 2 septembre (...) risquer de s'interrompre si nous ne mobilisons pas".

Par ailleurs, Mahmoud Abbas a confirmé qu’il ne prendrait pas de décision sur la suite à donner aux pourparlers de paix avant la réunion entre l’Autorité palestinienne et la Ligue arabe, prévue pour le 4 octobre. "Nous pourrons alors faire part de notre position sur la poursuite éventuelle des négociations directes avec Israël, en vue d'aboutir à un accord de paix et à la création d'un Etat palestinien indépendant", a déclaré le dirigeant palestinien.

Les palestiniens ont "perdu du temps" pendant le moratoire

De leur côté les autorités israéliennes, par la voix de leur ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, ont estimé que "les Palestiniens, pendant le moratoire, avaient perdu du temps et avaient complètement refusé d'accepter ce geste". "Nous avions décidé du moratoire il y a dix mois par un geste unilatéral de bonne volonté", a ajouté Avigdor Lieberman en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Dimanche, Benjamin Netanyahou avait appelé Mahmoud Abbas à poursuivre les négociations de paix, malgré la fin du moratoire sur les colonies. "Je lance un appel au président Abbas pour qu'il continue à mener les pourparlers bons et honnêtes que nous venons de lancer pour tenter de parvenir à un accord de paix historique entre nos deux peuples", a déclaré le dirigeant israélien, tout en appelant les colons à faire montre de "retenue". Il en faudra sans doute plus.