Israël-Hamas : le conflit touche (aussi) le tourisme

  • A
  • A
Israël-Hamas : le conflit touche (aussi) le tourisme
Les effets du conflit entre le Hamas et Israël se font sentir sur le tourisme.@ REUTERS
Partagez sur :

CONSÉQUENCE - Le quai d’Orsay déconseille de se rendre à Gaza et autour. En Allemagne, deux voyagistes ont annulé leurs circuits en Israël.

En début de semaine, un navire de croisière allemand, le Aida Diva, avait jeté l’ancre dans le port d’Ashdod, en Israël, quand il a été touché par des débris d’une roquette du Hamas, détruite par le dispositif Dôme de fer israélien. Aucun des 2.700 passagers à bord n’a été blessé, mais l’incident, rapporté par le Times of Israel, illustre l’une des conséquences du nouveau conflit entre Israël et le Hamas : les touristes, échaudés, risquent bien de bouder cette destination. 

>>> Lire aussi : A Gaza, la barre des 100 morts franchie depuis le début de l'offensive

La bande de Gaza et ses alentours déconseillés. En France, le ministère des Affaires étrangères a ainsi déconseillé "sauf raison impérative" de se rendre dans un rayon de 40 kilomètres autour de la bande de Gaza, appelant à éviter notamment les villes de Sderot, Ashkelon, Beer-Sheva ou encore Qiryat Gat. Quant aux déplacements dans la bande de Gaza même, ils sont "plus que jamais formellement déconseillés". Le quai d’Orsay rappelle aussi qu’il convient de "faire preuve d’une vigilance particulière à proximité de la Vieille Ville de Jérusalem et dans les quartiers où des affrontements sont signalés".

>>> Lire aussi : Gaza : "en cinq minutes, on a reçu deux blessés et un mort"

En Allemagne, des annulations. D’autres gouvernements européens, comme en Grande-Bretagne, ont émis des conseils similaires. En Allemagne, deux voyagistes ont pris l’initiative d’annuler tous leurs circuits en Israël jusqu’à fin juillet. Il s’agit de TUI, le plus grand voyagiste du pays, et de son concurrent DER Touristik.



Les voyageurs qui auraient réservé pour cette période sont appelés à reconsidérer leur voyage, qui pourra être échangé. 

>>> Lire aussi : Des faux SMS envoyés en Israël pour faire peur

Réservations en berne. Sur place, les effets commencent aussi à se faire sentir. L’association des hôteliers israéliens indique au quotidien économique Globes avoir enregistré peu d’annulations, mais avoir reçu en revanche très peu de nouvelles réservations. A Tel-Aviv, l’aéroport Ben Gourion a été pris pour cible par des tirs de roquettes mercredi et a dû fermer ses portes pendant quelques heures. Résultat : un organisateur de voyages pour de jeunes juifs américains a décidé d’annuler le séjour prévu pour deux groupes d’adolescents dans le pays. Le Times of Israel note toutefois de son côté que les touristes israéliens, eux, ne devraient pas annuler en masse leurs vacances. Sauf peut-être les 40.000 réservistes de l’armée qui pourraient être rappelés, comme l’a autorisé le gouvernement lundi.