Israël-Gaza : la guerre aussi sur Twitter

  • A
  • A
Israël-Gaza : la guerre aussi sur Twitter
C'est sur Twitter que l'armée israélienne a annoncé le début d'une opération militaire sur la bande de Gaza.@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

WEB - Le conflit israélo-palestinien se joue aussi désormais sur le réseau social.

Twitter sert à tout, y compris à déclarer des guerres. C'est ce qu'a fait l'armée israélienne mercredi, en y annonçant en plusieurs langues le début d'une opération sur la bande de Gaza. Baptisée "Pilier de Défense", cette opération militaire a donc un pendant médiatique, qui déplace le conflit israélo-palestinien sur le réseau social.

Tsahal a également lancé un message directement adressé à "tous les terroristes du Hamas", les invitant à "ne pas se montrer dans les jours qui viennent". Un avertissement auquel les Brigades al-Qassam, le bras armé du Hamas, ont répondu directement sur le réseau social.



"Nos mains bénies atteindront vos leaders et vos soldats où qu'ils soient (Vous avez ouvert les portes de l'enfer)".

Des photos d'enfants blessés

Les deux camps n'ont pas cessé de tweeter depuis le début des opérations, chacun cherchant à diffuser sa propre version des faits. Tsahal poste ainsi le nombre de roquettes tirées sur Israël, ainsi que des informations sur l'opération en cours. L'armée israélienne tweete aussi des tracts et des liens vers divers contenus, ainsi que des photos, comme celle de ce bébé blessé par un tir de roquette.

Les Brigades al-Qassam font de même de leur côté, postant également des photos  d'enfants blessés dans les raids aériens.

Des codes bien respectés

Tous les codes du réseau sont respectés scrupuleusement par les deux parties, note le Huffington Post. Aussi bien Tsahal que les Brigades al-Qassam utilisent les hashtags et les arobases qui permettent de marquer un mot-clé et de s'adresser à un interlocuteur. Tous deux sont également très rapides afin d'occuper le terrain, comme de véritables professionnels de la communication.

>> A lire aussi : Israël-Hamas : les raisons de la colère

>> A voir : Guy Birenbaum décrypte cette "cyber guerre" :