Israël : des roquettes tirées depuis Gaza, la Syrie et le Liban

  • A
  • A
Israël : des roquettes tirées depuis Gaza, la Syrie et le Liban
@ REUTERS
Partagez sur :

Netanyahu a annoncé la poursuite des opérations à Gaza où la journée de dimanche a été particulièrement meurtrière.

L'INFO. Israël s'est retrouvé pris sous le feu sur trois fronts différents entre samedi et dimanche, essuyant des tirs de roquettes de Syrie et du Liban en plus de ceux décochés de la bande de Gaza. Après ces attaques, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué que les opérations militaires contre le Hamas dans la bande de Gaza se poursuivraient jusqu'à ce que la sécurité soit restaurée.

>> A LIRE AUSSI - Un mariage judéo-musulman sous les hurlements en Israël

Israël visée de toutes parts. Ce week-end, Israël a essuyé des tirs de roquettes lancées depuis Gaza mais aussi depuis la Syrie et le Liban. Les tirs provenant de Syrie et du Liban, deux voisins avec lesquels Israël reste techniquement en état de guerre, n'ont pas été revendiqués. Les tirs depuis la Syrie et le Liban n'ont pas donné lieu à des représailles israéliennes.

Pour Israël, la question est de savoir si les tirs depuis la Syrie résultent ou non des combats en cours dans le pays. Pour ce qui est des tirs du Liban, les responsables militaires libanais ont attribué ces tirs à un petit groupe palestinien solidaire des habitants de Gaza.

Israël a adressé une "ferme protestation" à la Finul, la force des Nations unies qui, dans le sud du Liban, surveille la frontière.

>> LIRE AUSSI - En images : que reste-t-il de Gaza ?

Roquettes contre frappes. Du côté de la bande de Gaza, où Israël fait la guerre à l'organisation islamiste Hamas depuis le 8 juillet, les Palestiniens ont poursuivi leurs tirs de roquettes sur Israël. L'armée israélienne en a dénombré vingt. Elle a elle-même frappé vingt objectifs "terroristes" dans le territoire dévasté.

Dimanche meurtrier à Gaza. Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dimanche matin par l'une de ces frappes, dans la ville de Gaza, ont rapporté les secours. Un peu plus tard dimanche, une femme et ses trois enfants ont été tués par une autre frappe de l'aviation israélienne sur la ville de Jabaliya.

Selon les responsables des services de santé de la bande de Gaza, 2.085 Palestiniens, dont une grande majorité de civils, ont été tués depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet. Israël a déploré la mort de 64 soldats et de quatre civils.     

L'opération israélienne à Gaza continue. "Bordure protectrice", l'opération lancée le 8 juillet, "se poursuivra jusqu'à ce qu'elle ait atteint son objectif (...) cela peut prendre du temps", a dit dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

>> LIRE AUSSI - Gaza : Mohammed Deif, l'homme à abattre pour Israël

Un contexte tendu. Le premier enfant israélien tué par cette guerre vendredi dans un kibboutz proche de la bande de Gaza par un obus palestinien devait être enterré dimanche matin. L'exaspération va grandissant chez les riverains israéliens de la bande de Gaza contre le gouvernement, coupable selon eux de ne pas agir assez vigoureusement pour mettre fin aux tirs qu'ils subissent. Beaucoup ont fui.