Israël compose sa commission d'enquête

  • A
  • A
Israël compose sa commission d'enquête
@ REUTERS
Partagez sur :

Son objet : l’assaut israélien contre la flottille. Deux observateurs étrangers y participeront.

Deux semaines après l’assaut meurtrier contre la flottille humanitaire qui tentait d’atteindre Gaza, Israël a cédé à la pression internationale et annoncé dans la nuit de dimanche à lundi la création d’une "commission publique indépendante".

Sur quoi va-t-elle enquêter ? "Sur les aspects relatifs à l'action entreprise par l'Etat d'Israël pour empêcher des navires d'atteindre les côtes de Gaza", selon un communiqué rédigé en des termes choisis par le bureau du Premier ministre israélien. Neuf personnes avaient été tuées dans cet assaut. La commission devra aussi "examiner les actions des organisateurs et des participants de la flottille" et "les raisons sécuritaires à l'origine de l'imposition du blocus maritime de Gaza et la conformité de ce dernier au droit international".

S’agit-il d’une enquête internationale ? Plusieurs voix s’étaient élevées pour exiger une enquête sous l’égide de l’ONU. Finalement, la commission a été créée à la seule initiative d’Israël. Mais, sous la pression, notamment des Etats-Unis, l’Etat hébreu a intégré deux étrangers. Des "observateurs", car ils n’auront pas le droit de vote.

Qui sont les membres de cette commission ? Les deux observateurs étrangers sont Lord Trimble, ancien chef du Parti unioniste d'Ulster et prix Nobel de la paix 1998, et Ken Watkin, un ex-avocat général de l'armée canadienne. La commission sera présidée par un ancien juge de la Cour Suprême israélienne, Jacob Turkel, 75 ans. Parmi les autres membres, cités par le journal israélien Haaretz : un professeur de droit international et un ancien président de l’Institut de technologie d’Israël.

Quels seront les pouvoirs de la commission ? "Publique", elle pourra auditionner "n'importe quelle personne ou organisation". Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, ainsi que son ministre de la Défense, Ehud Barak, ont annoncé qu’ils étaient prêts à venir témoigner publiquement. En revanche, l’audition des soldats et des officiers israéliens pourrait se faire au sein même de Tsahal, c'est-à-dire qu'aucun militaire ne témoignera directement devant la commission.

Comment cette commission est accueillie ? Les Etats-Unis ont maintenu la pression dimanche soir, demandant que l’enquête israélienne soit "menée à bien rapidement". La Turquie, de son côté, a d'ores et déjà indiqué qu'elle n'avait "pas confiance". Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a quant à lui estimé que la commission décidée par celui-ci "ne correspond pas à ce que le Conseil de sécurité a demandé".

En Israël, l’heure est plutôt au scepticisme. Un ancien ministre de la Justice et juriste reconnu, Amnon Rubinstein, a ainsi affirmé que "de même qu'il existe du café sans caféine, il existe des commissions d'enquête sans enquête".