Iran : un ponte du nucléaire assassiné

  • A
  • A
Iran : un ponte du nucléaire assassiné
Partagez sur :

Un universitaire iranien a été tué mardi à Téhéran dans un attentat. Les médias d’Etat accusent des "agents sionistes et américains".

Le professeur Massoud Mohammadi, enseignant à l’université de Téhéran, a été tué mardi près de son domicile dans un quartier nord de la capitale iranienne. L’universitaire a été victime d’un attentat à la moto piégée, l’engin ayant été déclenché à distance, selon la chaîne de télévision officielle en langue anglaise Press TV. Le procureur général de Téhérana déclaré à l'agence officieuse Fars que le professeur était spécialisé "dans le domaine nucléaire" et qu'il n'y avait aucune arrestation liée à cet attentat dans l'immédiat.

La radio-télévision de la République islamique (IRIB) rapporte que des "agents sionistes et américains" sont à l'origine de l'attentat qualifié d'"acte terroriste". "Massoud Mohammadi, un professeur de l'université de Téhéran engagé et révolutionnaire, est mort en martyr ce matin dans un acte terroriste mené par des éléments anti-révolutionnaires des puissances arrogantes", écrit l'IRIB sur son site internet. Ces commentaires émanant d’organes de presse proche des autorités laissent à pense que le professeur était lui-même proche du pouvoir.

Cet attentat intervient dans un contexte toujours tendu en Iran, sept mois après la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad. Le scrutin, dont les résultats ont été contestés par l'opposition, a plongé l'Iran dans une crise sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979. Huit personnes, dont un neveu de l'opposant Mirhossein Moussavi, ont été tuées lors des derniers troubles du 27 décembre, à l'occasion de l'Achoura, temps fort du calendrier religieux chiite.