Iran : le pouvoir organise des contre-manifestations

  • A
  • A
Iran : le pouvoir organise des contre-manifestations
Partagez sur :

Des rassemblements à l’appel des autorités iraniennes ont eu lieu mercredi dans tout le pays pour dénoncer l’opposition.

Selon les médias officiels iraniens, qui ont retransmis les défilés en direct à la télévision, ce sont des millions de personnes, plus certainement des centaines de milliers, qui sont descendues dans la rue mercredi, à l’appel des autorités. Dans plusieurs villes du pays, des rassemblements monstres ont été organisés pour tout à la fois soutenir le régime et dénoncer l’attitude de l’opposition.

A Téhéran, les manifestants s'en sont pris nommément aux principaux "chefs de la sédition", nom donné par le pouvoir à l'opposition, et surtout à l'ancien premier ministre Mir Hossein Moussavi. Parmi les slogans : "Mort à Moussavi", "Moussavi est un criminel, il doit être jugé". En province, certains manifestants ont demandé qu’il soit pendu. Des drapeaux américains et britanniques ont également été brûlés.

Ces manifestations, organisées à l’appel d’administrations, de corps officiels comme les Gardiens de la révolution, des écoles théologiques, d'associations locales, de certains bazars comme celui de Qom (sud de Téhéran) qui a fermé, et parfois d'entreprises d'Etat, sont une réponse directe du régime iranien aux rassemblements organisés dimanche dernier par l’opposition. Huit personnes avaient alors été tuées, selon un décompte des autorités. Des centaines de personnes ont été blessées et des centaines arrêtées.

L’Iran est confronté depuis quelques jours à un regain de tension et de violence, comme jamais depuis l’élection présidentielle contestée de juin dernier. Fort de la mobilisation populaire de mercredi, Mahmoud Ahmadinejad a à nouveau critiqué les dirigeants occidentaux qui avaient dénoncé la répression des manifestations de dimanche. "Je conseille M. Obama et certains dirigeants européens d'apprendre les leçons de leurs prédécesseurs, et de ne pas croire qu'ils peuvent diviser le peuple iranien en faisant du tapage", a déclaré le président iranien.