Iran : le frère du président Rohani arrêté pour délits "financiers"

  • A
  • A
Iran : le frère du président Rohani arrêté pour délits "financiers"
Hossein Fereydoun a été transféré en prison (photo d'archives). @ AFP
Partagez sur :

"Une caution a été fixée, mais comme il n'a pas pu la payer, il a été transféré à la prison", a déclaré le porte-parole de la justice. 

Le frère et conseiller spécial du président iranien Hassan Rohani a été arrêté pour délits "financiers", a annoncé dimanche le porte-parole de la justice, Gholamhossein Mohseni-Ejeie. 

Transféré en prison. Hossein Fereydoun a "été interrogé à plusieurs reprises ainsi que des personnes qui lui sont liées. Une caution a été fixée mais comme il n'a pas pu la payer, il a été transféré à la prison", a déclaré Gholamhossein Mohseni-Ejeie, lors d'une conférence de presse. Les charges pesant contre le frère du président portent sur des délits "financiers", a précisé le porte-parole.

D'autres personnes arrêtées. "S'il verse la caution, il sera libéré. Mais l'affaire poursuivra son cours", a ajouté le porte-parole, en soulignant que "d'autres personnes ont également été arrêtées". Le nom du frère du président a été cité depuis plus d'un an dans plusieurs affaires de corruption, notamment des délits bancaires. Il y a un an, le chef de l'Inspection générale, Nasser Seraj, avait affirmé que Hossein Fereydoun avait "fait pression" pour nommer à la tête de la banque Refah un de ses proches, Ali Sedghi, qui a été accusé de nombreuses "infractions financières". Il a été ensuite écarté de la direction de la banque.

"Une grande affaire de corruption bancaire". Le nom du frère de Hassan Rohani a été également cité dans un autre dossier impliquant Ali Rastegar Sorkheie, le patron de la banque Melat, qui a été arrêté pour son implication dans une "grande affaire de corruption bancaire" par les services de renseignements des Gardiens de la révolution, selon l'agence Tasnim liée aux conservateurs. Il est originaire de la même ville que le président. 

Les conservateurs avaient demandé à plusieurs reprises l'arrestation de Hossein Fereydoun pour corruption. Ces derniers mois, le président Rohani et les responsables du pouvoir judiciaire contrôlé par les conservateurs, n'ont cessé de se lancer des attaques virulentes.