Irak : les Kurdes reprennent le plus grand barrage du pays

  • A
  • A
Irak : les Kurdes reprennent le plus grand barrage du pays
@ REUTERS
Partagez sur :

Les forces kurdes, appuyées par l'aviation américaine, ont repris dimanche le plus grand barrage d'Irak, au nord de Mossoul, aux jihadistes de l'Etat islamique.

Belle prise popur les Kurdes. Les forces kurdes, appuyées par l'aviation américaine, ont repris dimanche le plus grand barrage d'Irak, au nord de Mossoul, aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui s'en étaient emparés dix jours plus tôt, ont annoncé des responsables. "Le barrage de Mossoul a été complètement libéré", a déclaré Ali Awni, un responsable du principal parti kurde irakien, ajoutant que les combats se déroulaient désormais à Tal Kayf, une localité aux mains des jihadistes à une centaine de km à l'est du barrage. Un responsable de l'armée a assuré que les combats avaient cessé, précisant que certaines zones restaient inaccessibles en raison des bombes laissées par les insurgés.

Les forces kurdes avaient lancé samedi une offensive pour reprendre le contrôle de ce barrage qui fournit de l'eau et de l'électricité à la majeure partie de la région, et dont s'étaient emparés les jihadistes le 7 août.

Un barrage stratégique. Le contrôle de ce barrage qui fournit de l'eau et de l'électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l'irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive (nord).  Le 8 août, les jihadistes de l'Etat islamique (EI) s'étaient emparés du barrage à la faveur de l'offensive fulgurante qu'ils ont lancée début juin. Les forces kurdes qui ont dans un premier temps peiné à enrayer leur avancée, ont reçu l'appui des forces américaines qui mènent depuis le 8 août des frappes aériennes contre des positions de l'EI.

L'Irak est plongé dans le chaos depuis le début le 9 juin d'une offensive d'insurgés sunnites menés par  l'EI au nord de Bagdad, qui s'est étendue début août dans le nord de l'Irak, poussant à la fuite quelque 200.000 personnes, dont une majorité de Yazidis, une communauté kurdophone non-musulmane, et de chrétiens.