Irak : les djihadistes se rapprochent de Bagdad

  • A
  • A
Irak : les djihadistes se rapprochent de Bagdad
@ REUTERS
Partagez sur :

ATTAQUE - Plus de 500.000 civils ont fui les combats à Mossoul et sa région, dont l'Etat islamique en Irak et au Levant a pris le contrôle.

Mossoul, un symbole. La violence est de plus en plus grande en Irak. Après s'être emparés mardi de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) progressent rapidement en direction de Bagdad. Ils ont tenté de prendre ville pétrolière de Baïji, à mi-chemin entre Mossoul et la capitale.



Au même moment, une vague d'attentats fait 40 morts dans les quartiers chiites de Bagdad, qui ne sont pas acquis à la cause des islamistes.

A Mossoul, les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant ont incendié un tribunal et un poste de police, rapportent mercredi des responsables de la sécurité. Baïji, ville située à mi-chemin de Bagdad et Mossoul, abrite une raffinerie protégée par quelques 250 gardes qui auraient accepté, lors de négociations avec une délégation de chefs tribaux envoyés par les djihadistes, de se retirer en échange d'un sauf-conduit vers une autre ville.

Les civils fuient les combats. Plus de 500.000 civils ont fui les combat à Mossoul et sa région, indique mercredi l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), une organisation internationale indépendante, dans un communiqué.

'Nous venons pour mourir". Djassim al-Kaïssi, un habitant de la ville, a déclaré que les miliciens islamistes avaient conseillé aux policiers et aux militaires de ne pas les affronter. "Dans la soirée d'hier, des hommes armés ont pris contact par téléphone portable avec les principaux cheikhs tribaux de Baïji et leur ont dit : 'Nous venons pour mourir ou prendre Baïji, nous vous conseillons donc de demander à vos fils dans la police et l'armée de déposer leurs armes et de se retirer avant la prière du soir'," a-t-il dit.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

 IRAK - Les étudiants pris en otages libérés

 ELECTIONS - Les Irakiens votent, au milieu des attentats