Irak : les autorités kurdes annoncent détenir 4.000 djihadistes, dont des étrangers

  • A
  • A
Irak : les autorités kurdes annoncent détenir 4.000 djihadistes, dont des étrangers
Les peshmergas n'envisagent pas pour l'heure de remettre leurs détenus à Bagdad.@ MARWAN IBRAHIM / AFP
Partagez sur :

Les Kurdes ont assuré mardi détenir quelque 4.000 djihadistes dans leurs geôles, dont des étrangers, tandis que Bagdad a publié une liste de terroristes toujours recherchés.

Les autorités de la région autonome kurde d'Irak ont annoncé mardi détenir quelque 4.000 djihadistes du groupe Etat islamique (EI), dont des étrangers. Entre 2014 et juillet 2017, les forces de sécurité et les peshmergas (combattants kurdes) "ont arrêté environ 2.500 personnes appartenant à Daech", a indiqué à la presse un conseiller pour les affaires internationales du gouvernement du Kurdistan, Dindar Zibari.

Un millier se rendent aux Kurdes. L'EI s'était emparé de vastes pans de territoires au nord et à l'ouest de Bagdad lors d'une offensive éclair en 2014, avant d'en être progressivement chassé par les troupes pro-gouvernementales, aidées des forces kurdes et de la coalition internationale sous commandement américain. L'organisation djihadiste a perdu Mossoul, son principal fief, en juillet 2017. "En octobre, lors de la bataille de Hawija, dernier grand centre urbain de l'EI en Irak, un millier (de djihadistes) se sont rendus aux peshmergas par peur de tomber aux mains des forces irakiennes", a souligné Dindar Zibari.

Des étrangers remis à leur pays. En outre, "350 personnes arrêtées dans les régions de Debes et Kirkouk ont avoué lors d'interrogatoires appartenir à l'EI. Elles ont été transférées dans les prisons des Assayech (services de sécurité kurdes) après l'entrée des forces irakiennes à Kirkouk", a-t-il ajouté. Quant aux étrangers, "certains ont été remis à leurs pays, y compris un journaliste (appartenant à l'EI) remis au consulat japonais à Erbil, et un ressortissant américain au consulat de son pays", a-t-il ajouté, sans donner d'autres précisions sur le nombre ou la nationalité de ces étrangers détenus. 

Le gouvernement fédéral de Bagdad a demandé à plusieurs reprises aux autorités kurdes de lui remettre ces détenus, selon Dindar Zibari, "mais nous pensons que cela doit être fait sous la supervision des Nations unies". Selon des experts irakiens, les autorités de Bagdad détiendraient environ 20.000 suspects djihadistes mais ces dernières n'ont jamais donné de chiffres.


L'Irak publie une nouvelle liste de "terroristes" recherchés.
En outre, les autorités irakiennes ont publié mardi une nouvelle liste de "dirigeants terroristes recherchés internationalement", à la tête desquels figurent le chef du groupe Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi et cinq ressortissants arabes. Elles avaient déjà rendu publics dimanche les noms de 60 personnes recherchées pour appartenance à l'EI, à Al-Qaïda ou au parti Baas de l'ancien dictateur Saddam Hussein. Sur cette liste figurait notamment la fille de Saddam Hussein, Raghad, qui vit en Jordanie.