En Irak, "les chrétiens n'ont plus d'avenir"

  • A
  • A
En Irak, "les chrétiens n'ont plus d'avenir"
Les djihadistes se sont emparés de la première ville chrétienne d'Irak, Qaraqosh (Photo d'illustration).@ Reuters
Partagez sur :

EXODE - Les djihadistes ont pris la plus grande ville chrétienne d'Irak, Qaraqosh. Paris demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

C'est une mauvaise nouvelle de plus pour les chrétiens d'Irak. Les djihadistes se sont emparés de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne du pays, près de Mossoul, dans le nord. Les djihadistes ont aussi pris des zones alentours, abandonnées dans la nuit par les forces kurdes. Pour un réfugié chrétien arrivé en France et interrogé par Europe 1, "les chrétiens n'ont plus d'avenir en Irak".

>> LIRE AUSSI - La France prête à accueillir les chrétiens d'Irak

Paris demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité. La France, inquiète des avancées des djihadistes dans le nord de l'Irak et les "exactions" commises sur les civils, demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie, Laurent Fabius. "La France est très vivement préoccupée par les dernières avancées de l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) dans le nord de l'Irak et par la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, et par les exactions intolérables qui sont commises", a affirmé M. Fabius.

irak-ok

© Maps

Des villes vidées de leurs habitants. Mgr Joseph Thomas, archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleimaniyeh, assure en effet savoir "que les villes de Qaraqosh, Tal Kayf, Bartella et Karamlesh ont été vidées de leurs habitants et sont maintenant sous le contrôle des insurgés".

>> LIRE AUSSI - Les Kurdes mis en déroute par l'Etat islamique

Plus de 100.000 chrétiens sur les routes. Résultat : l'avancée des djihadistes de l'Etat islamique (EI) a poussé des dizaines de milliers de personnes "terrifiées" à fuir. Mgr Joseph Thomas déplore "une catastrophe, une situation tragique" et appelle "le conseil de sécurité de l'ONU à intervenir rapidement". D'après le patriarche chaldéen Louis Sako, plus de 100.000 chrétiens ont été poussés sur les routes, "avec rien d'autre que leurs vêtements sur eux". 

>> LIRE AUSSI - ن , la lettre devenue symbole des chrétiens d'Irak

Des réfugiés racontent. Jeudi, des chrétiens ayant fui l'Irak sont arrivés en France. L'un d'eux a raconté à Europe 1 qu'il avait perdu de deux ses cousins. "Des terroristes sont entrés chez eux, ils les ont égorgés et ils ont tracé une croix sur leur poitrine avec un couteau. Ensuite ils leur ont enlevé les yeux et puis ils les ont décapités", raconte cet Irakien. Marie, également arrivée d'Irak, explique de son côté qu'elle était "obligée de s'habiller à la musulmane" dans la rue. Quant à Nabil, il espère bien commencer une nouvelle vie en France. "Je crois que les chrétiens n'ont plus d'avenir en Irak. Si notre intégration se passe bien en France, j'espère que nous pourrons rester", explique-t-il. Comme les autres, lui qui espère obtenir le statut de réfugié devra toutefois attendre la réponse des autorités françaises.