Ingérences russes : le fils de Trump et son gendre ont vu une avocate russe avant l'élection américaine

  • A
  • A
Ingérences russes : le fils de Trump et son gendre ont vu une avocate russe avant l'élection américaine
Donald Trump Jr a confirmé avoir rencontré une avocate russe avant l'élection de son père, en juin 2016@ STEPHANIE LAMY / AFP
Partagez sur :

Donald Trump Jr a assuré qu'il s'agissait d'une "courte réunion d'introduction" qui concernait un programme d'adoption d'enfants russes par des couples américains.

Le fils aîné de Donald Trump, son gendre et son directeur de campagne ont rencontré une avocate russe liée au Kremlin deux semaines après sa victoire aux primaires républicaines l'année dernière, révèle samedi le New York Times.

Une "courte réunion d'introduction". La rencontre, qui a eu lieu à la Trump Tower (New York) le 9 juin 2016, a représenté le premier entretien du cercle rapproché de Trump avec un ressortissant russe, rapporte le journal, en citant des documents officiels et des personnes proches du dossier.

Le fils du président, Donald Trump Junior, a confirmé cette rencontre dans un communiqué, et expliqué qu'il s'agissait d'une "courte réunion d'introduction" portant principalement sur un programme d'adoption russo-américain, auquel le Kremlin a mis fin. Il a ajouté en outre avoir demandé au directeur de campagne d'alors de son père, Paul Manafort, d'y prendre part. Un avocat du gendre de Trump, Jared Kushner, a confirmé quant à lui que ce dernier avait "brièvement participé" à la rencontre.

Le programme d'adoption américano-russe au menu ? La rencontre de juin 2016 visait à discuter du programme d'adoption d'enfants russes par des couples américains, a déclaré samedi le fils du président. Moscou l'a suspendu en 2012, en représailles à l'adoption par les États-Unis du Magnitsky Act, une loi imposant des sanctions à l'égard de suspects russes de violations des droits de l'homme.

L'avocate russe présente lors de cette rencontre, Natalia Veselnitskaya, est connue pour avoir fait campagne contre cette loi, précise le New York Times. "Mais ce n'était pas un sujet de campagne à l'époque et il n'y a eu aucun suivi", a déclaré Donald Trump Jr.

Une participation brève de Jared Kushner. "Une connaissance m'a prié de participer à la rencontre, mais on ne m'a pas dit le nom de la personne que je rencontrerai à l'avance", a-t-il ajouté. L'avocat de Jared Kushner, déjà mis en cause pour des contacts non-révélés avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis lors de la campagne, a assuré que le gendre de Trump n'avait que "brièvement" participé à la réunion et ajouté qu'il avait rencontré des responsables de plus de 20 pays pendant cette période.

"Comme M. Kushner l'a toujours dit, il est prêt à coopérer et à partager ce qu'il sait", a déclaré son avocat Jamie Gorelick dans un communiqué. Le porte-parole de Paul Manafort n'a pas répondu aux demandes de commentaire de Reuters.

Les ingérences russes, une question abordée par les présidents. Le procureur spécial Robert Mueller ainsi que plusieurs commissions parlementaires ont ouvert une enquête sur les liens présumés entre les équipes de campagne de Trump et des responsables russes, dans le cadre d'une investigation plus large sur l'ingérence de Moscou dans l'élection présidentielle. Vendredi, Donald Trump a évoqué la question des ingérences avec le président russe Vladimir Poutine, à l'occasion du sommet du G20 à Hambourg.