Indonésie : une éléphante qui attendait un petit meurt empoisonnée

  • A
  • A
Indonésie : une éléphante qui attendait un petit meurt empoisonnée
Le pachyderme en gestation depuis 13 mois attendait un mâle et aurait dû mettre bas dans au moins six mois. Image d'illustration.@ CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP
Partagez sur :

Plusieurs jours avant la découverte de sa dépouille, des villageois s'étaient plaints qu'elle mangeait les engrais de leurs champs. 

Une éléphante de Sumatra qui attendait un petit a été retrouvée morte dans une plantation de palmiers à huile, apparemment empoisonnée par des villageois sur cette île de l'ouest de l'Indonésie, a indiqué mercredi un responsable local.

Accouchement prévu dans six mois. L'éléphante de Sumatra, qui appartient à une espèce menacée, a été retrouvée morte le 22 décembre près de Seuneubok Bayu, un village isolé dans la province d'Aceh, a indiqué Aji Prabowo, directeur du Centre pour la protection des animaux à Aceh. "L'éléphante âgée de 25 ans était morte depuis dix jours quand nous sommes arrivés là-bas. L'autopsie a montré que ses organes digestifs étaient devenus noirs, ce qui est en général une indication d'empoisonnement selon les médecins", a déclaré Aji Prabowo. Le pachyderme en gestation depuis 13 mois attendait un mâle et aurait dû mettre bas dans au moins six mois, selon la même source. 

Plaintes de villageois. Plusieurs jours avant la découverte de la dépouille de l'animal, des villageois ont raconté que des cultivateurs se plaignaient qu'un éléphant mangeait les engrais répandus par eux sur la plantation de palmiers à huile.

En danger d'extinction. L'ONG Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe l'éléphant de Sumatra parmi les espèces en danger critique d'extinction. Au moins 11 éléphants sauvages sont morts cette année à Aceh, pour la plupart tués par des humains, a encore dit Aji Prabowo. Le nombre d'éléphants de Sumatra à l'état sauvage est estimé à moins de 3.000. Ils sont souvent la cible de braconniers en raison de leurs défenses, vendues à prix d'or pour être utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise, mais aussi de cultivateurs mécontents de les voir dans leurs plantations. La réduction de l'habitat naturel des éléphants au profit de plantations pousse ces animaux vers les territoires exploités par l'homme.