Indonésie : "Serge Atlaoui doit poursuivre son combat"

  • A
  • A
Indonésie : "Serge Atlaoui doit poursuivre son combat"
@ AFP
Partagez sur :

L’avocat et le frère du Français condamné à mort appellent à "redoubler d’énergie" pour le sauver, après l’exécution de sept étrangers.

Après l’exécution mercredi de sept condamnés étrangers en Indonésie, la pression s’accentue encore sur Serge Altaoui. Le nom de ce Français de 51 ans a été retiré au dernier moment de la liste des exécutions, en raison d’un recours déposé devant la justice. Pour son avocat, Me Richard Sédillot, il faut désormais "redoubler d’énergie" pour sauver Serge Altaoui.
 

"Poursuivre son combat". "Mon client est désespéré", confie l’avocat à Europe 1. "Il va falloir qu’il poursuive son combat mais il va falloir aussi qu’il passe cet événement atroce, à savoir la condamnation de ses compagnons d’infortune", ajoute Me Richard Sédillot. "Pour ajouter encore un peu plus de torture à la situation, sachez que les autorités indonésiennes ont fait en sorte que tous ceux qui allaient être exécutés passent devant lui au moment où ils ont été mis à l’isolement", raconte l’avocat. 

André Atlaoui, le frère du Français, se dit de son côté "horrifié", "consterné" et "dans le désarroi le plus complet". "Je pense à toutes ces familles aujourd’hui… je sais que derrière, il y a Serge et qu’il va falloir redoubler nos efforts pour éviter qu’il soit le prochain", explique-t-il à Europe 1, ajoutant : "les minutes et les heures qui viennent vont être déterminantes pour chacun d’entre nous".
 

"Des hésitations au plus haut niveau". Même son de cloche du côté de Me Sédillot, pour qui il faut continuer d'"y croire". D’après lui, "la décision de la cour administrative d’appel devrait être rendue avant 15 jours", mais elle peut aussi "être rendue d’un jour à l’autre". 

"Des informations que j’obtiens, je sais qu’il y a au plus haut niveau de l’Etat des hésitations, des tergiversations", note l’avocat. "Serge Atlaoui a été sorti de la liste, alors qu’il est assez probable que la cour administrative aurait eu le temps de rendre une décision avant les exécutions : nous espérons donc qu’il y a d’autres raisons qui font qu’il a été écarté", ajoute-t-il, citant aussi le cas de la condamnée philippine ayant obtenu un sursis à la dernière minute.

"C’est la raison pour laquelle il faut accentuer, tant qu’on peut, cette pression politique et diplomatique", martèle Me Richard Sédillot. Si l’avocat salue les efforts de la diplomatie française, il est moins tendre envers l’Union européenne, dont il dénonce le "silence". Et appelle "très fermement" l’UE à "des actions concrètes, efficaces" pour "sauver l’un de ses ressortissants".

>> LIRE AUSSI - L'Indonésie est implacable sur le trafic de drogue

>> LIRE AUSSI - Indonésie : un nouveau sursis pour le Français Serge Atlaoui

>> LIRE AUSSI - Serge Atlaoui : le PSG préfère rester neutre