Indonésie : 54 corps découverts sur le site du crash, aucun survivant

  • A
  • A
Indonésie : 54 corps découverts sur le site du crash, aucun survivant
@ AFP PHOTO / BASARNAS
Partagez sur :

48 heures après l'accident, les secours sont parvenus mardi matin à accéder au site où l'avion de la compagnie Trigana Air s'est écrasé, dans une région montagneuse de l'est de l'Indonésie. Tous les corps ont été retrouvés et l'on ne compte aucun survivant.

Les 54 quatre corps ont été retrouvés, il n'y a aucun survivant. Des équipes de secours arrivées mardi sur le site du crash d'un avion dans une région montagneuse de l'est de l'Indonésie avec 54 personnes à son bord ont découvert les corps sans vie et des débris de l'appareil.

L'avion est "complètement détruit". L'avion de la compagnie indonésienne Trigana Air, qui effectuait la liaison entre deux villes de la province orientale de Papouasie est "complètement détruit", a déclaré le directeur de l'agence nationale de recherches et de secours, Bambang Soelistyo, après l'arrivée des secours sur les lieux à 9h30 (2h30 heure française).

"Très mauvaise météo". "Trente-huit corps - 37 adultes et un enfant - ont été découverts sur le site du crash", a déclaré un porte-parole du ministère des Transports, J.A. Barata, ajoutant qu'il était impossible de les évacuer dans l'immédiat "en raison d'une très mauvaise météo".

Quid de l'argent liquide ? Aucune information n'a été communiquée dans l'immédiat sur l'importante somme d'argent liquide convoyée par des employés de la poste de Papouasie - 6,5 milliards de roupies (420.000 euros) qui devaient être distribués à des familles pauvres de la province.

Vol de 45 minutes. L'appareil s'est écrasé dans les montagnes Bintang, dans une forêt isolée et sans voie d'accès terrestre. Le bi-turbopropulseur ATR 42 avait disparu dimanche des écrans radars lors d'un vol de quelque 45 minutes entre Jayapura, capitale de la Papouasie, et Oksibil, ville à un peu moins de 300 kilomètres au sud. Le contact avait été perdu dix minutes avant l'atterrissage, après que le pilote eut demandé l'autorisation d'entamer la descente par mauvais temps.