Indépendance de l’Ecosse : le clip pour le 'non' qui fait rire (jaune)

  • A
  • A
Indépendance de l’Ecosse : le clip pour le 'non' qui fait rire (jaune)
Le clip des principaux partis politiques a été rapidement détourné sur le web
Partagez sur :

Une vidéo de campagne pour le non à l’indépendance de l’Ecosse est devenue la risée de web.

LA VIDÉO. Comment louper complètement un clip de campagne politique ? Le dernier spot contre l’indépendance de l’Ecosse semble avoir tout compris. Publiée mardi, la vidéo de Better together, qui rassemble les trois principaux partis politiques engagés pour le ‘non’ au référendum, montre une femme dans sa cuisine, qui dit avoir enfin pris sa décision dans une campagne où l’indécision de l’électorat est flagrante. Le dernier sondage de la très anglaise BBC donnait 51% de non, 38% de oui et 11% d'indécis.

A peine dévoilé, ce clip a été largement critiqué comme étant macho et paternaliste. Une femme, d’une quarantaine d’années, arrive devant la caméra, en parlant de son mari : "Vous savez, mon Paul regarde beaucoup la "telly" (un mot familier pour dire télévision, ndlr.), ces derniers temps. Il n’arrête pas, avec le référendum", dit-elle face caméra. "Il a recommencé, ce matin. ‘Tu t’es enfin décidée ?’ J’étais genre : ‘Il est trop tôt pour parler politique. Mange tes céréales’" coupe-t-elle, racontant ses hésitations, notamment sur le fait de pouvoir garder la livre sterling si l’Ecosse prend son indépendance après le vote du 18 septembre. "A la télévision, ils disent que c’est possible", dit-elle avec circonspection.

Elle met également en doute un des arguments-phare des pro-indépendance : la richesse pétrolière de l'Ecosse. "Ca me semble un peu trop beau pour être vrai, si vous voulez mon avis", répond la femme de Better together, très vite rebaptisée la "dame condescendante de Better Together", sur le réseau social Twitter. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que ce clip déclenche une vague de moqueries à suivre avec le hashtag #PatronasingBTlady.

>> LIRE AUSSI - Yes or no, les célébrités choisissent leur camp

Mèmes à gogo. Les internautes, surtout des pro-indépendance, ont détourné ce clip en "mème", ces images qui font le tour de la toile. "Réfléchir est trop dur. Votez simplement non", peut-on lire sur un de ces détournements. La campagne est jugée rétrograde, développant une vision de la femme comme incapable de prendre des décisions par elle-même.

"Je ne sais pas utiliser Google, donc je vais juste voter ‘Non’", reprend une autre caricature.

Certains internautes pointent particulièrement l’absurdité des arguments développés dans cette vidéo. Au final, trop d’incertitudes, estime la femme de ce clip, qui finit par décider de voter ‘non’ au référendum.

"Et si les pandas du zoo d’Edinbourgh attrapaient Ebola et rejoignaient l’Etat islamique … ? J’ai pris ma décision. Je vais voter ‘non’"

>> LIRE AUSSI - Gel de la taxe sur le whisky : Londres fait en geste envers l'Écosse 

Au-delà même d’être tournée en ridicule, cette dernière vidéo de campagne pourrait même être contre-productive. Pourtant partisante du ‘non’ jusque-là, une ancienne membre des Lib-dem écossais (le parti centriste) a déclaré au Guardian avoir été "de plus en plus inconfortable avec ce [qu'elle] estime être une suffisance condescendante de Better together". Elle n’a pas supporté la vision de la femme dévoilée dans ce spot. Son choix est fait, et pas seulement par incertitude sur l’avenir : elle votera oui.

>> LIRE AUSSI - L'Union jack changera-t-il de couleurs ?