Inde : halte aux mariages somptuaires

  • A
  • A
Inde : halte aux mariages somptuaires
@ REUTERS
Partagez sur :

Après plusieurs polémiques, des législateurs de New Dehli veulent des fêtes "simples et sobres".

Au début de mois de mars, Lalit Tanwar a convolé en justes noces avec Yogita Jaunapuria dans un Palais de New Dehli, la capitale indienne. Une cérémonie toute simple, puisqu’elle a réuni sur sept jours pas moins de 8.000 invités. Pas moins de 100 plats différents ont été proposés aux convives, qui ont aussi pu suivre l’union sur 12 écrans géants. Et parmi les cadeaux de mariage figurait un hélicoptère.

La "préoccupation" du Parti du Congrès

Au total, la presse indienne a évalué le coût de ce mariage somptueux et somptuaire à 16 millions d’euros pour l’estimation la plus basse, et à 39 millions d’euros pour la plus haute. Ces noces, les plus chères de l’histoire de l’Inde pour certains journaux, ne sont que les dernières d’une série de cérémonies au luxe ostentatoire.

A New Dehli, des hommes politiques veulent mettre fin à ces démonstrations frisant l’indécence. Des législateurs locaux du parti du Congrès (centre gauche, au pouvoir) ont adopté mardi une résolution visant à revenir à des cérémonies "simples et sobres". La formation politique a exprimé dans un communiqué "sa préoccupation concernant les somptuaires dépenses lors de fêtes mondaines, notamment les mariages. La tendance actuelle est de rendre plus difficile la vie de l'homme moyen", écrit-il en référence au chaos parfois provoqué dans la capitale lors de la saison des mariages, avant l'été.

Gaspillage

"On passe une trentaine de minutes au mariage mais il faut parfois quatre heures pour y arriver" à cause des embouteillages, les tentes dressées pour les mariages étant souvent érigées dans la rue, a résumé la chef du gouvernement de New Delhi, Sheila Dikshit. "Les embouteillages et le chaos pour se garer (...) peuvent être problématiques si l'on veut amener en urgence un patient à l'hôpital", a-t-elle souligné.

Le projet de loi voté mardi prévoit notamment de limiter la quantité de nourriture susceptible d’être servie pendant un mariage. Car, selon le Hindustan Times, ces cérémonies sont responsables de 15% du gaspillage national de céréales.

Lalit Tanwar et Yogita Jaunapuria sont donc passés bien près de ne pas pouvoir mener leurs noces comme ils l’entendaient. Mais selon certains journaux indiens, ce timing idéal n’a rien d’une coïncidence. Les jeunes mariés auraient en effet avancé leur mariage quand ils ont eu vent du projet de loi. Ils ‘étaient pas difficile pour eux d’être au courant, puisque les deux tourtereaux sont fils et fille de politiciens de New Dehli.