Inde : attentat mortel sur les rails

  • A
  • A
Inde : attentat mortel sur les rails
@ REUTERS
Partagez sur :

Au moins 114 personnes sont mortes dans le déraillement d’un train provoqué par des rebelles.

Un train à grande vitesse a déraillé dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’est de l’Inde, avant de s’encastrer dans un train de marchandises venant en sens inverse. La collision a provoqué la mort d’au moins 114 personnes. Il y aurait plus de 200 blessés. Le déraillement s’est produit dans le district du West Midnapore, un bastion maoïste à environ 135 km à l'ouest de Calcutta, capitale du Bengale occidental.

La télévision locale a diffusé des images montrant les épaves disloquées des wagons. "Jusqu'à présent, 114 corps ont été récupérés", a déclaré l'inspecteur général de la police du Bengale occidental, Surajit Kar Purakayastha. "Mais ce chiffre va monter, car deux des wagons qui se sont écrasés contre le train de marchandises doivent encore être fouillés", a-t-il ajouté.

Le train express en provenance de Calcutta et à destination de Bombay était composé de treize wagons. Il était rempli de passagers endormis lors de l’accident, a expliqué la ministre du gouvernement du Bengale occidental chargée des secours, Mortaja Hussain.

La piste des rebelles maoïstes

Cette collision n’est pas un accident. Alors que le gouvernement soupçonnait les maoïstes d’avoir provoqué le déraillement du train express, un groupe soutenu par les rebelles, le "Comité du peuple contre les atrocités de la police" (PCPA), a revendiqué le déraillement. Des sources policières ont indiqué que des plaques métalliques utilisées pour assembler des sections de la voie ferrée avaient été enlevées.

Les rebelles maoïstes sont actifs dans le nord et l'est du pays. Le gouvernement a lancé il y a quelques mois une vaste opération dans six Etats pour les déloger de leurs bastions. Les rebelles contrôlent des territoires importants, notamment dans les régions rurales qui n'ont pas bénéficié du récent développement économique de l'Inde. Ils seraient entre 10.000 et 20.000 et disent lutter pour la défense des paysans sans terre et des minorités locales. Selon le Premier ministre Manmohan Singh, la rébellion maoïste constitue la principale menace contre la sécurité intérieure du pays.