Incident diplomatique : un ministre marocain fouillé à l'aéroport de Roissy

  • A
  • A
Incident diplomatique : un ministre marocain fouillé à l'aéroport de Roissy
Salaheddine Mezouar, le ministre marocain, a été soumis à un contrôle policier alors qu'il était en possession de son passeport diplomatique.@ Reuters
Partagez sur :

BOURDE - Le ministre marocain des Affaires étrangères a dû enlever veste, chaussures, chaussettes et ceinture alors qu'il était en possession d'un passeport diplomatique.

L'INFO. Ce nouvel incident ne risque pas d'améliorer les relations entre Paris et Rabat. Mercredi, le ministre marocain des Affaires étrangères a été fouillé à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Un grave incident diplomatique qui intervient quelques semaines après les propos déplacés de l'ambassadeur de France aux Etats-Unis.

Fouille poussée. Salaheddine Mezouar, le ministre marocain, a été soumis à un contrôle policier alors qu'il était en possession de son passeport diplomatique, qui empêche théoriquement les fouilles. Le quotidien marocain As-Sabah, qui parle de "nouvelle humiliation", indique que le ministre a subi une fouille et a dû enlever "sa veste, ses chaussures, chaussettes et sa ceinture". Ses effets personnels ont aussi été fouillés.

Laurent Fabius a présenté ses excuses auprès de son homologue marocain. Il l'a appelé "afin de lui transmettre les excuses des autorités françaises pour le désagrément qui lui a été occasionné alors qu'il transitait à l'aéroport Charles de Gaulle", a indiqué vendredi le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal. Les services du ministère de l'Intérieur et des Aéroports de Paris ont également été rappelés à l'ordre, "pour faire respecter strictement dans les aéroports français les règles et usages diplomatiques s'appliquant aux ministres des Affaires étrangères comme aux chefs d'Etat et de gouvernement", a ajouté le porte-parole.

Une plainte en France. Cet épisode peu diplomatique survient dans un contexte déjà tendu entre Rabat et Paris, en froid depuis un mois à la suite de plaintes en France pour tortures à l'encontre du patron des services secrets marocains Abdellatif Hammouchi.

Les autorités marocaines, courroucées, ont suspendu leur coopération judiciaire avec la France, et en dépit de tentatives d'apaisement de Paris, la mesure n'a pas encore été levée. Plus encore, le Maroc a annoncé en début de semaine avoir à son tour engagé des poursuites judiciaires en France contre les auteurs (des Franco-Marocains pour la plupart, soutenus par une ONG) de ces plaintes pour tortures.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'INFO - Gros coup de froid entre Paris et Rabat

SOCIÉTÉ - Le "baiser de Nador" enflamme le web marocain