Incendies : neuf morts dans la péninsule ibérique

  • A
  • A
Incendies : neuf morts dans la péninsule ibérique
Sur les 440 départs de feu enregistrés dimanche au Portugal, plus d'une centaine de feux étaient encore actifs dans la nuit de dimanche à lundi. @ PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
Partagez sur :

Dans la journée de dimanche, 6.000 pompiers étaient mobilisés au Portugal contre 440 départs de feu.

Six personnes sont mortes au Portugal, frappé par un nombre record de feux de forêts, et trois autres en Galice en Espagne : plusieurs incendies meurtriers ont touché la péninsule ibérique dimanche, provoqués par la sécheresse et des pyromanes et attisés par le vent.

25 blessés au Portugal. Les six morts au Portugal ont été recensés pour deux d'entre eux dans une grange près de Penacova, pour le dernier à Serta, deux villes du centre du pays, selon le porte-parole de l'Autorité nationale de protection civile, Patricia Gaspar, qui a précisé que 25 personnes avaient également été blessées.

Dimanche, la "pire journée de l'année". Au total, plus de 440 incendies ou départs de feu avaient été signalés à travers le Portugal dimanche jusqu'à 22h locales, soit "la pire journée depuis le début de l'année", avait commenté Patricia Gaspar en fin d'après-midi, alors que le décompte en était encore à 300 foyers. Plus d'une centaine de feux étaient encore actifs dans la nuit, mobilisant quelque 6.000 pompiers. Et la circulation a été coupée sur trois autoroutes, dont celle qui relie Lisbonne à Porto, la grande ville du nord du pays. Cette vague d'incendies est due à "des températures nettement au-dessus de la moyenne pour la saison et à l'effet accumulé de la sécheresse qui se fait sentir quasiment depuis le début de l'année", a expliqué Patricia Gaspar.

Morts piégés dans leur voiture. Du côté espagnol, trois personnes ont péri en Galice, dans le nord-ouest du pays, où une quinzaine d'incendies ont été recensés. Deux d'entre elles ont péri piégées dans leur véhicule près de Nigran et un homme âgé a aussi été retrouvé mort dans un hangar derrière sa maison. "Des milliers" de pompiers, de soldats et d'habitants luttaient contre le feu dans la nuit de dimanche à lundi, a déclaré à des journalistes le chef du gouvernement régional de Galice, Alberto Nunez Feijoo. "Nous n'avons pas connu une telle situation en dix ans. Nous n'avons jamais déployé autant de moyens à cette période de l'année", a-t-il dit. 

Ophelia souffle sur les braises. Ces incendies ont été attisés par des rafales de vent allant jusqu'à 90 km/h liées à l'ouragan Ophelia, qui passait au nord de la côte espagnole, a indiqué Alberto Nunez Feijoo à la télévision privée La Sexta. Ils interviennent après des mois de sécheresse et alors que les températures sont inhabituellement élevées pour la saison.