Ils racontent comment ils ont découvert le naufragé du Pacifique

  • A
  • A
Ils racontent comment ils ont découvert le naufragé du Pacifique
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉCIT - Les habitants de l'atoll Ebon racontent comment ils ont découvert Jose Salvador Alvarenga, qui a passé 13 mois à dériver en mer depuis le Mexique.

L’ARRIVÉE. Quand ils ont vu arriver Jose Salvador Alvarenga, hirsute, couteau à la main, ils n'ont pas eu peur. Des habitants de l'atoll d'Ebon, dans les îles Marshall, ont raconté leur toute première rencontre avec le "naufragé du Pacifique", qui dit avoir dérivé pendant 13 mois après avoir quitté les côtes du Mexique pour une journée de pêche. C'est dans la nuit du 29 janvier qu'il a enfin touché terre, réussissant à atteindre cette atoll isolé après un périple de 12.500 kilomètres.

"Il a échoué au bout de l'île". Jose Salvador Alvarenga, affamé et épuisé, a réussi à "amener son embarcation à la nage" sur le rivage de l'île, selon la maire de l'atoll, Ione de Brum. "Il a échoué au bout de l'île, un coin inhabité, mais de là on peut voir aisément la seule maison située de l'autre côté de la passe, sur l'île voisine", raconte-t-elle. Comme les deux îles coralliennes sont à un jet de pierre l'une de l'autre, "les gens peuvent s'appeler en criant". C'est donc ce qu'a fait le naufragé, dès le lever du jour.

"Nous sommes allés à sa rencontre". Là, les deux seuls habitants de l'île, Amy Libokmeto et Russell Laijedrik, l'ont entendu appeler à l'aide et ont aperçu un homme qui criait en espagnol, une langue qu'ils ne comprenaient pas. Jose Salvador Alvarenga agitait les bras et tenait un couteau dans une main. "Nous n'avions pas peur", a expliqué Amy Libokmeto, poursuivant : "nous sommes allés à sa rencontre et je lui parlais avec quelques mots d'anglais en lui montrant le couteau et en lui disant 'posez-le, posez-le'". Après avoir lâché son couteau, l'homme aux cheveux longs et à la barbe hirsute, vêtu d'un caleçon en lambeaux, "s'est abandonné et s'est effondré sur la plage".

Une feuille et un feutre pour communiquer. Le couple dit avoir aussitôt compris qu'il avait à faire à un naufragé. Accueilli chez eux, Jose Salvador Alvarenga a enfin pu se laver, pour la première fois depuis un an, et revêtir des habits propres. Incapables de communiquer en espagnol, le couple lui a donné une feuille et un feutre et Amy Libokmeto lui a préparé des crêpes, aussitôt dévorées. Muni du message écrit par le naufragé, Russell Laijedrik s'est rendu sur l'île principale et a prévenu la maire, qui a appelé un responsable des soins médicaux, le chef de la police et même une étudiante norvégienne en anthropologie, seule étrangère résidant sur l'île. Jose Salvador Alvarenga a alors pu passer des examens médicaux de base. Dans son bateau, la petite troupe a découvert "un oiseau attaché par les pattes, des restes d'oiseaux, des plumes, des os et une petite carapace de tortue".

"Dora l'exploratrice" à la rescousse. Le fils de la maire a réussi à comprendre d'où venait Jose Salvador Alvarenga. En regardant avec ses enfants le dessin animé "Dora l'exploratrice", il avait en effet appris quelques mots d'espagnol. Des dessins tracés par le naufragé salvadorien ont fait le reste. "Il voulait tellement expliquer ce qui s'était passé qu'il parlait à toute vitesse et nous ne pouvions pas tout comprendre", selon la maire. Le naufragé réclamait un téléphone mais les habitants, optant pour la prudence, ont préféré alerter la police et le ministère des Affaires étrangères à Majuro, la capitale. Après cinq jours passés sur Ebon, Jose Salvador Alvarenga a été transporté vers la capitale à bord d'un bateau envoyé par le gouvernement. Il s'est ensuite envolé pour Hawaï, d'où il a pu rejoindre le Salvador. Quant à son bateau, il l'a laissé au couple qui l'avait recueilli. Il sert toujours aujourd'hui, servant à transporter passagers et marchandises à travers l'atoll.

sur le même sujet, sujet,

ODYSSÉE - Des scientifiques corroborent son récit

FACT-CHECKING - Naufragé du Pacifique : son histoire est-elle crédible ?

L'HISTOIRE - Il dérive dans le Pacifique pendant 16 mois