Ils ont découvert "Tatooine"

  • A
  • A
Ils ont découvert "Tatooine"
@ REUTERS
Partagez sur :

Une planète à deux soleils a été découverte. Mais la ressemblance avec Star Wars s’arrête là.

Luke Skywalker, les yeux dans le vague, observant à l’horizon les deux soleils de sa planète rougeoyer… C’est l’une des images marquantes de Star Wars. Alors l'annonce de la découverte par des astronomes américains d’une planète gravitant autour de deux soleils est de nature à enthousiasmer le moins indécrottable des fans de la saga intergalactique. La nouvelle planète, baptisée Kepler-16b, et non Tatooine, comme dans La Guerre des étoiles, connaît donc deux couchers et deux levers de soleil.

Mais pas d’espoir d’y trouver le dernier descendant des Jedi. Ni aucune source de vie d’ailleurs.  Car Kepler-16b, située à 200 années lumière de la Terre, est totalement inhabitable. La planète est froide et gazeuse. Selon le calcul des scientifiques, la température à la surface y varie entre de -73°C à -101°C. Car ses deux étoiles sont plus petites et moins chaudes que notre Soleil. Kepler-16b a une masse d'environ un tiers de celle de Jupiter et un rayon correspondant à 75% de celui de cette planète, la plus grande de notre système solaire. Kepler-16b a une taille et une masse similaire à Saturne. Elle orbite autour de ses deux soleils en 229 jours, à une distance moyenne de 104,6 millions de kilomètres.

"Qu’un exemple de la diversité" de l’univers

Reste que la découverte est d’importance.  "Kepler-16b est le premier exemple de planète circumbinaire (à deux soleils) dont l'existence est confirmée" affirme Josh Carter, un astronome du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (CfA), un des auteurs de cette découverte. "Une fois de plus, nous découvrons que notre système solaire n'est qu'un exemple parmi la diversité des systèmes planétaires que la nature peut créer", ajoute-t-il dans un communiqué.

Cette découverte a été faite avec le télescope américain Kepler. La présence d'une planète est détectée quand celle-ci passe devant son étoile et en réduit momentanément la luminosité. Mais dans le cas de Kepler-16b, cette observation a été rendue compliquée par le fait que les deux étoiles s'éclipsent mutuellement, provoquant périodiquement une réduction totale de la luminosité. Les astronomes ont aussi observé que la luminosité diminuait à des intervalles réguliers, même quand les deux étoiles ne formaient pas d'éclipse, indiquant la présence d'un troisième objet tournant autour d'elles.