Ilan Grapel, un espion malgré lui

  • A
  • A
Ilan Grapel, un espion malgré lui
Ilan Grapel était arrivé en Egypte le 10 mai pour faire du bénévolat auprès d'une ONG@ Capture
Partagez sur :

PORTRAIT - Cet Américano-Israélien, arrêté en juin en Egypte pour espionnage, a été libéré jeudi.

Certains le considèrent comme un autre Gilad Shalit. D’autres, comme un espion. Ilan Grapel, le ressortissant israélo-américain détenu en Egypte depuis le 12 juin, a retrouvé les siens jeudi soir. Il a atterri en début de soirée à l'aéroport international Ben-Gourion de Tel-Aviv, où sa mère Irène, l'ambassadeur américain en Israël Daniel Shapiro ainsi que des représentants du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu étaient venus l'accueillir.

Le jeune homme de 27 ans avait été échangé à la frontière israélo-égyptienne un peu plus tôt dans l'après-midi contre 25 Egyptiens détenus en Israël, après la signature d’un accord entre les autorités des deux pays.

Mais qui est vraiment Ilan Grapel ? De nombreux doutes entourent encore la personnalité de ce jeune homme de 27 ans, originaire de New York. Étudiant en troisième année de droit à l’université d’Emory à Atlanta, Ilan Grapel est décrit comme un élève modèle. Dans son école de droit, Ilan multipliait les activités altruistes. Il a participé au comité d’intérêt public et au programme de bénévolat de l'établissement. C'est toujours dans cet esprit de solidarité que le 10 mai, le jeune homme s’est rendu au Caire pour s’engager bénévolement auprès du service d’aide aux réfugiés de l’église de Saint Andrew’s, une organisation non gouvernementale.

"Il adore la culture arabe et la religion musulmane", expliquait en juin dernier sur CNN sa mère, Irene Grapel. A tel point que l’étudiant parle l’arabe qu’il a étudié à l’Université Johns Hopkins à Baltimore. "Il s’entoure d’étudiants arabophones sur le campus afin de parler avec eux, tout simplement pour parler la langue", toujours selon sa mère.

"Au mauvais endroit, au mauvais moment"

Mais le 12 juin, la vie d'Ilan bascule. L'étudiant est arrêté dans la capitale égyptienne et accusé d'espionnage au profit de l'Etat hébreu. "Il s'est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment", a déploré le père d'Ilan, Daniel Grapel au New York Times

Pour les autorités égyptiennes, il ne fait aucun doute qu’Ilan Grapel est un agent du Mossad, les services secrets israéliens. Dans son ordinateur portable, des photos du jeune homme en uniforme de l’armée israélienne les confortent dans cette idée. En 2005, Ilan s’est effectivement enrôlé dans Tsahal. Mais dès l’année suivante, il a été réformé après avoir été blessé lors de la seconde guerre du Liban.

Très vite, la machine médiatique s'emballe. Les médias gouvernementaux le présentent comme un "officier du Mossad", venu "espionner en Égypte dans le but de porter atteinte aux intérêts économiques et politiques du pays". Selon eux, Ilan Grapel est arrivé en Égypte peu après le 25 janvier, date du début de la révolte dans le pays pour y "inciter au chaos et aux affrontements confessionnels". L'agence de presse officielle Mena affirme qu'il "se faisait passer pour un correspondant étranger" couvrant les manifestations contre le régime.

Des relations tendues entre Israël et l'Egypte

Le gouvernement israélien est immédiatement monté au créneau pour défendre son ressortissant. Deux jours après son arrestation, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a démenti qu'Ilan Grapel se soit livré à des activités d'espionnage.  "Je peux dire de façon catégorique que cet étudiant, qui a pu avoir un comportement bizarre et irresponsable, n'a aucun lien avec des services de renseignements israéliens, américains ou lunaires", avait déclaré Avidgor Lieberman.

L’Égypte est le premier pays arabe à avoir conclu un accord de paix avec l'Etat hébreu en 1979. Cet accord d'échange de prisonniers intervient après un regain de tensions, ces derniers mois, entre les deux pays. En août, six militaires égyptiens avaient trouvé la mort alors que les forces de défense israéliennes pourchassaient des militants palestiniens.