Il se paie la tête d'Hillary Clinton, et ça paie...

  • A
  • A
Il se paie la tête d'Hillary Clinton, et ça paie...
@ EUROPE 1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D'@ - Un Américain, qui avait créé un blog parodique, s'est vu proposer un nouveau job.

Dans votre tendre enfance, vous avez sans doute joué à ce petit-jeu là : coller des bulles sous le nez de celui ou celle qui fait la Une d’un magazine pour le faire « parler ». Stacy Lambe n’a donc rien inventé… Sauf que cet Américain a proposé ce jeu à l’ensemble de la planète web, en prenant pour cible Hillary Clinton. Ça a tellement bien marché qu’il a gagné un rendez-vous avec la Secrétaire d’Etat américaine, en personne, et un job, en prime. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Voilà la photo qui, au départ de toute l’histoire, en avril dernier, a amusé Stacy Lambe : on y voit Hillary Clinton assise dans le large siège d’un avion militaire, des lunettes noires sur le nez, concentrée et qui n’a d’yeux que pour… son téléphone portable. Il ne restait plus qu’à imaginer les dialogues de cette BD parodique en puissance en les réunissant sur un seul et même Tumblr baptisé sombrement « Texts from Hillary», des SMS de Hillary.

Avec une photo de Barack Obama, ça donne : « Hey Hil, qu’est-ce que tu fous ? ». « Je dirige le monde».

25.07 Barack Obama Hillary clinton buzz.

Ou avec une photo de Mitt Romney, le républicain qui va avoir la difficile mission d’affronter le président sortant l’automne prochain, qui demande : « un conseil pour moi ? ». « Boire », lui répond Hillary Clinton.

25.07 hillayr Mitt romney

Des parodies comme ça, il y en a eu à la pelle. Et les fans ont suivi : quelque 83.000 partages sur Facebook, 45.000 followers sur Twitter. Le Tumblr de Stacy Lambe a bien bourdonné. On a même parlé de paragon du « mème », une espèce de buzz qui décline sous toutes les coutures une même parodie.

>> Un « mème » quésaco ?

Au point qu’Hillary Clinton elle-même a envoyé un petit message pour dire : "merci pour les blagues". Et décidément très bonne joueuse, la secrétaire d’Etat a invité Stacy Lambe pour une rencontre en tête-à-tête à Washington. Ça a duré une dizaine de minutes et elle n’est pas allée jusqu’à l’embaucher. Mais toute l’histoire a quand même permis à Stacy Lambe, employé d’une agence de relations publiques, d’être débauché par une autre entreprise. Le voilà désormais éditeur pour le site d'infos bourdonnantes BuzzFeed. Il y gagne plus d’argent qu’avant, précise le New York Times. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.