Il est le seul malade à avoir guéri du sida

  • A
  • A
Il est le seul malade à avoir guéri du sida
L'Américain Timothy Brown qui assure avoir guéri du sida veut désormais lever des fonds pour la recherche sur la maladie.@ REUTERS
Partagez sur :

L'Américain Timothy Brown veut désormais lever des fonds pour la recherche sur la maladie.

La guérison paraît miraculeuse et pourtant, elle a une explication scientifique. Timothy Brown, un Américain de 47 ans, est, à ce jour, le seul malade du sida à avoir "guéri". Une greffe de moelle osseuse est à l'origine de cette rémission inespérée. L'ancien malade a aujourd'hui lancé une croisade pour mobiliser des fonds et aider la recherche sur la maladie.

Une greffe à l'origine de sa guérison

C'est en 1995, alors qu'il est étudiant à Berlin, que Timothy Brown est testé séropositif. Douze ans plus tard, il reçoit une greffe de moelle osseuse pour traiter une leucémie. Timothy Brown cesse alors de prendre ses antirétroviraux mais contrairement à toute attente, il ne présente plus aucun signe d'infection par le VIH.

La moelle greffée provenait en fait d'un donneur qui avait des cellules immunitaires mutantes résistantes au VIH.. Selon les estimations, 0,3% de la population est doté de cette immunité naturelle au VIH qui provient de la mutation d'un gène. Les médecins qui suivaient Timothy Brown l'ont alors déclaré guéri. L'Américain a toutefois dû subir une nouvelle greffe à cause d'une rechute de sa leucémie. Mais pas à cause du VIH.

De nouveau séronégatif

"Je suis la preuve vivante qu'on peut guérir du sida", a déclaré Timothy Brown lors de la 19e conférence internationale sur le sida à Washington. Une récente polémique lancée par un chercheur français soupçonnait pourtant que des traces de VIH avaient été détectées dans son sang. Mais Timothy Brown a assuré "être bien guéri". "Je suis séronégatif", assure-t-il : "Je peux produire toutes les analyses médicales le confirmant".

Aujourd'hui, "je veux aider par le biais de ma fondation à trouver un moyen de guérir du VIH pour tout le monde", dit Timothy Brown. Il indique avoir été indirectement contacté par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) désireux de tester un échantillon de son sang pour voir s'il y avait encore des traces de VIH vivant.

>> A lire aussi : Clinton promet une génération "sans sida"