Il a fait croire à la CIA qu’il pouvait pirater Al-Qaïda

  • A
  • A
Il a fait croire à la CIA qu’il pouvait pirater Al-Qaïda
Partagez sur :

Un patron d’une société d’informatique, a dupé les autorités américaines au point de déclencher des alertes anti-terroristes.

Dennis Montgomery était le patron d’une petite société d’informatique basée dans le Nevada. Pendant plusieurs années, il a prétendu être le seul à disposer d’une technologie qui lui permettait d’intercepter des messages cryptés envoyés par des agents d'Al-Qaïda à la chaîne de télévision Al-Jazeera. Ce n’était pas vrai mais plusieurs autorités américaines, dont la CIA, l’ont cru.

L’affaire a débuté en 2003, alors que les Etats-Unis de George Bush étaient en pleine guerre contre le terrorisme. Dennis Montgomery est en fait parvenu à convaincre le gouvernement américain que les signaux transmis par la télévision satellitaire du Qatar contenaient des codes-barres indiquant leurs futures missions aux terroristes, la longitude et latitude de leurs cibles et parfois des dates et numéros de vol.

Des informations qui ont été utilisées sur le terrain. Une alerte anti-terroriste a ainsi été déclenchée fin 2003 et plusieurs vols transatlantiques annulés, dont deux d’Air France. Tout ça pour rien.

Les services de renseignements français ont été les premiers à donner l’alerte. La CIA a alors cessé de travailler avec Dennis Montgomery. Mais l’informaticien ne s’est pas arrêté là et a même réussi, en janvier dernier, à signer un contrat de 3 millions de dollars avec l’armée de l’air.

L’administration Bush avait tout fait pour étouffer cette affaire. Elle a finalement été révélée par le magazine Playboy. Car Dennis Montgomery était aussi un flambeur. Il aurait dépensé plus d’un million de dollars au casino de Las Vegas. Uniquement avec des chèques en bois.