Ian Bailey placé sous contrôle judiciaire

  • A
  • A
Ian Bailey placé sous contrôle judiciaire
@ REUTERS
Partagez sur :

Ce journaliste est considéré comme le principal suspect du meurtre de Sophie Toscan du Plantier.

Ian Bailey a été remis en liberté, samedi, mais placé sous contrôle judiciaire par la Haute Cour de Dublin. Le journaliste indépendant avait été arrêté chez lui dans la nuit de vendredi à samedi, à Schull, dans le sud-ouest de l'Irlande. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle central dans le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, l'épouse du producteur français, tuée dans sa maison de vacances en Irlande, en 1996.

Une bataille judiciaire s'engage

Son arrestation est la conséquence directe du mandat d’arrêt européen émis par la justice française en février dernier. Le juge français, qui poursuit l'instruction, avait mis en avant des contradictions entre les déclarations d’un témoin et celles d’Ian Bailey. Vendredi, la Haute cour de justice irlandaise avait donné son feu vert à l’exécution de ce mandat.

Au final, Ian Bailey pourrait être extradé vers la France. Mais la bataille judiciaire s'annonce d'ores et déjà longue. Avant l’arrestation de son client, l'avocat d’Ian Bailey avait déjà fait savoir qu'il ferait appel de la décision de la Haute cour de justice irlandaise. Une procédure devant la Cour suprême devrait désormais s'engager. Une première audience, pour examiner la procédure, doit avoir lieu mercredi.

Qui est Ian Bailey ?

Ian Bailey a déjà été interrogé par la police irlandaise à deux reprises dans le passé. Mais il n'avait jamais été poursuivi jusqu'alors, faute de preuves matérielles.

Ce journaliste, qui travaillait pour plusieurs journaux anglais, avait fait naître les soupçons en étant parmi les premiers sur les lieux du crime puis en faisant état dans des articles d'éléments que seuls les enquêteurs et le meurtrier étaient censés connaître. Il avait également été visé par le témoignage d'une femme, Marie Farrel, qui affirmait avoir vu le journaliste indépendant la nuit du meurtre vers 3 heures, rôdant à proximité du domicile de la victime. Mais cette femme s'était ensuite rétractée en accusant la police irlandaise de lui avoir soufflé ses déclarations.